Des routes qui produisent notre électricité, ce n'est peut-être pas si fou : une entreprise française a développé cette technologie révolutionnaire, et Ségolène Royal vient d'annoncer son intention de la tester à grande échelle.

La vie d'une personnalité politique est rythmée, chaque mois de janvier, par la traditionnelle série de voeux à adresser à différents corps de métier. La semaine dernière, Ségolène Royal s'est ainsi exécutée face au Groupement des autorités responsables de transport. Et alors que cet exercice peut trop souvent se résumer à une litanie de banalités, la ministre de l'Ecologie a fait cette fois une annonce pour le moins étonnante : son souhait de convertir, d'ici 2020, 1000 kilomètres de nos routes classiques en routes solaires.
 


Souvenez-vous, nous vous présentions ce système révolutionnaire à l'automne dernier. Développée par une entreprise française et baptisée Wattway, cette route à énergie positive consistait à intégrer à la chaussée des cellules photovoltaïques, sans pour autant renier les qualités de solidité et d'adhérence de la chaussée. Ajoutons à cela que la technologie développée par Colas intègre une capacité dégivrante, et on obtient probablement le revêtement incontournable de demain.

Le rendement de Wattway est des plus intéressants puisqu'un kilomètre de cette route permet à une ville de 5000 habitants de subvenir à ses besoins d'éclairage public. Le patron de Colas voit même plus loin puisque selon lui, équiper 2,5% des routes françaises de son système photovoltaïque assurerait 10% des besoins énergétiques en France

Qu'est-ce qu'on attend ?

Photo : Capture d'écran www.wattwaybycolas.fr