Ou comment proposer du saumon fumé sans saumon.

En 2016, cette étude de 60 millions de consommateurs avait fait grand bruit : en comparant différents pavés de saumon achetés en grande distribution, l'association était arrivée à la conclusion que les saumons certifiés bio contenaient plus de polluants que leurs homologues conventionnels. Ajoutons à cela un reportage d'Envoyé Spécial en 2013 qui jetait un sérieux discrédit sur l'industrie de l'élevage intensif de saumons en Norvège (farines animales, traitements médicamenteux lourds, et autres joyeusetés), et vous obtenez un produit noble dont l'image se retrouvait sérieusement écornée.

Odontella, une société bordelaise, après plus de deux ans de recherche et l'élaboration de 200 prototypes, propose désormais son propre saumon, débarrassé de toutes les dioxines, métaux lourds, PCB et autres pesticides : et pour cause, puisqu'il s'agit d'un saumon vegan ! Pour arriver à cet étonnant résultat, la start-up a misé sur une algue autorisée à la consommation humaine, l'Odontella aurita (d'où l'entreprise tire son nom). Cultivée près de l'île d'Oléron, un kilo de cette algue se récolte après 15 jours de croissance et, seulement trois petites heures de préparation plus tard, elle ressort sous forme de tranches rose pâle. Sa couleur est obtenue avec du carotène (un colorant naturel que l'on retrouve dans la carotte) et de l'extrait de paprika. Un petit passage par un fumoir au bois de hêtre plus tard, et le résultat est là : un saumon végétal qui reproduit au plus près les qualités gustatives de son modèle animal.

Les seules réserves émises concernent pour l'instant la texture du produit. S'il arrive à bluffer les goûteurs par son goût et son odeur, le saumon végétal Made in France n'a pas pour l'instant la même teneur en bouche que le saumon fumé que nous connaissons tous. L'entreprise avance vouloir "amener directement au consommateur des produits de qualité, bons pour sa santé, moins chers, moins pollués et plus respectueux de l’environnement" : avec ce produit novateur, le pari semble réussi.

Dernière chose : Odontella a sans doute appris des précédents créés par les fabricants de steaks végétaux. Ceux-ci, attaqués par l'industrie de la viande, ont été contraints de supprimer les mentions "steacks", "saucisses" ou "merguez" (bref, tout ce qui rappelait la boucherie) de leurs produits. Pour s'éviter pareille mésaventure, le saumon végétal a son nom propre : le Solmon végétal. Malin jusqu'au bout.

Pour goûter ce Solmon, vous n'avez pour l'instant qu'une solution : le commander sur le site d'Odontella. Vendu 9,40€ les 4 tranches, il pourrait arriver en magasins d'ici la fin de l'année 2018.

Photo : RachelLovinger/Flickr/CC