Depuis quelques semaines, le réseau ferroviaire hollandais roule au renouvelable, uniquement alimenté par l’énergie éolienne.

Lorsque l'on parle d'écologie et de recours aux énergies renouvelables, l'exemple semble venir systématiquement des pays du Nord. Et ce n'est pas cet article qui va déroger à la règle, puisque les Pays-Bas signent une fois de plus une grande première mondiale. Après la première piste de danse au monde qui produit de l'électricité grâce aux pas des fêtards inaugurée en 2008, après la première piste cyclable solaire du monde présentée en 2012 (depuis dépassée par la route solaire construite en France en décembre dernier), voilà que nous apprenons que les trains hollandais sont désormais uniquement alimentés par l'énergie éolienne !

Les rabats-joie de service avanceront que la part de la consommation des trains dans le mix énergétique national est infinitésimale : pas du tout ! Aux Pays-Bas, les trains représentent 1% de la consommation électrique nationale. Les compagnies ferroviaires locales s'étaient engagées à passer au 100% éolien dans le courant de l'année 2018, mais la mise en service récente de fermes éoliennes leur permet d'être en avance d'un an sur leur calendrier : 50% de l'électricité utilisée est produite aux Pays-Bas, quand l'autre moitié doit être importée de Belgique ou de la Scandinavie voisine. Grâce à cette avancée, les passagers habitués des transports ferrés peuvent traverser le pays avec la certitude que leur voyage ne produit pas la moindre émission de CO2.

Pour arriver à un tel résultat, il a préalablement fallu que les compagnies consentent à un effort d'investissement conséquent, en remplaçant certaines de leurs vieilles michelines à charbon ou à essence par des locomotives électriques flambant neuves. Et si la SNCF s’inspirait du modèle hollandais ? D’après les chiffres de l’entreprise publique publiés en 2013, elle se place en tête des consommateurs industriels d’électricité avec 1,5% de la consommation du pays, dont 90% sont réservés à la propulsion des TER, Corail, et autres TGV. L’objectif de la SNCF de réduire de 20% ses consommations d’énergie d’ici 2022 pourrait ramener les besoins de l’entreprise ferroviaire à environ 1% de l’énergie utilisée par les Français, soit la part actuelle de l’électricité éolienne produite à l’intérieur de nos frontières.

Chiche ?

Photo : Flickr/RobDammers/CC