Son moteur est écologique. Sa carrosserie également. Que demander de plus ?

Quand un constructeur pense à lancer la production d'un scooter électrique, c'est bien. Quand un designer imagine un scooter électrique à la carrosserie carrosserie faite de dérivés de plantes, c'est encore mieux. C'est le cabinet hollandais Waarmakers, que nous connaissons déjà sur notre site pour avoir lancé le sac poubelle qui favorise la récup', qui est à l'origine de ce projet. En s'associant avec deux sociétés hollandaises, ils ont imaginé une structure monocoque "semblable à une coquille d'œuf, éliminant la nécessité d'un cadre et des nombreux panneaux de plastique classiques".

Pour cela, ils ont associé la fibre de lin à de la bio-résine, deux matériaux qui assurent au Be.e (ainsi ont-ils appelé le scooter) légèreté et résistance aux chocs, tout en donnant un coup sévère à son impact environnemental.

Côté motorisation, le moteur électrique de 4 kW permet de propulser le Be.e à 55 km/h pour une autonomie de 55 kilomètres, qui peut être portée à 80 kilomètres si le scooter ne dépasse pas les 25 km/h. Les développeurs ont imaginé un chargeur de 600 W capable d'offrir 20 kilomètres d'autonomie supplémentaires pour chaque charge d'une heure.

Si vous vous dites que pour un projet de designer, tout cela semble bien concret, c'est parce que le Be.e, qui n'était au départ qu'une idée, est déjà sorti sous forme de prototypes (qui fonctionnent, voir la vidéo proposée), et Van.Eko, une des sociétés associées à Waarmakers sur ce projet, réfléchit déjà à des offres commerciales qui permettraient de louer un Be.e pour moins de 150 euros par mois.

Aucune date de sortie n'est annoncée, mais le projet est définitivement dans les tuyaux. Et si le futur, c'était demain ?