La biodiversité s'étiole un peu plus chaque jour. Aux côtés des dizaines d'espèces qui disparaissent quotidiennement, quelques-unes des plus emblématiques (et des plus belles) craignent de s'ajouter à la liste... 

Aujourd'hui, la biodiversité est en grand danger. On estime ainsi qu'une espèce animale ou végétale disparaît toutes les vingt minutes de la surface de la planète. Entre braconnage, pollution et déforestation, les menaces qui pèsent sur le vivant sont nombreuses. Voici cinq espèces animales menacées de disparition, preuves d'un monde qui ne marche décidément pas droit… 

Le tigre du Bengale

Cette énorme peluche pouvant mesurer jusqu'à 3 mètres de long et peser 250 kilos se fait de plus en plus rare. Sa population au début du XXe siècle était estimée à 50 000 individus, mais la chasse, le braconnage et la déforestation semblent devoir avoir raison de lui : il reste aujourd'hui moins de 1500 tigres du Bengale à l'état sauvage, tous localisés dans le sous-continent indien. 

» Lire aussi: Sauvez les tigres avec le WWF

L'indri de Madagascar

Le plus grand des lémuriens (et le seul dépourvu de queue) n'est sans doute pas le plus connu des animaux en danger d'extinction. Pourtant, il symbolise presque à lui seul la situation à Madagascar : l'île a la chance de bénéficier d'une incroyable biodiversité endémique (que l'on ne trouve que là-bas) qui diminue chaque jour un peu plus du fait de la déforestation et du braconnage. Mêmes causes et mêmes effets que le tigre du Bengale, finalement… 

Les requins

Ici, pas de jaloux : toutes les espèces de requins sont menacées. Pêchés volontairement ou pris malencontreusement dans les filets des chalutiers, on évoque un chiffre allant de 70 à 100 millions de requins qui sont tués chaque année. Le commerce de leurs ailerons, très lucratif en Asie, fait notamment des ravages : les pêcheurs découpent les ailerons sur les poissons encore vivants et les rejettent à la mer, où ils meurent, à la dérive, asphyxiés. Quand les océans n'abriteront plus que des méduses (ce que les scientifiques redoutent), tout le monde se mordra les doigts… 

» Lire aussi: Les requins en ont trop soupé

Le panda géant

Le panda géant, tout le monde le connaît : l'espèce a été choisie pour figurer sur le logo du WWF. L'espèce ne vit à l'état sauvage que dans le centre de la Chine, où l'on dénombre 1600 individus seulement. Heureusement pour lui, le panda géant fait l'objet d'une véritable attention de la part des autorités chinoises qui ont lancé un vaste programme d'élevage en captivité, et qui l'utilisent pour améliorer leurs relations diplomatiques avec d'autres pays du monde : c'est la bien nommée "diplomatie du panda". Toutefois, ne nous y trompons pas, le panda reste gravement menacé.

» Lire aussi: Le panda WWF, histoire du logo le plus célèbre de la planète

L'ours blanc

Dernière des cinq espèces qui risquent de disparaître choisies arbitrairement, l'ours blanc. Cette peluche sur pattes vivant dans les régions arctiques voient son existence menacée par le réchauffement climatique : la hausse des températures entraîne une fonte inexorable de la banquise. Dépourvu de son habitat naturel, l'ours polaire est condamné à s'éteindre. Il ne reste que 20 à 25 000 représentants de l'espèce. Combien demain, si l'Homme ne change pas ses comportements ?

» Lire aussi: Greenpeace imagine le futur des ours polaires