Alors que la zone UE a réduit en 2013 ses émissions de CO2, la France, elle, affiche une progression de 0,6%.

Alors que la planète entière semble être d'accord pour diminuer les émissions de CO2 et tenter d'enrayer un processus de réchauffement climatique déjà bien entamé, un récent rapport nous informe de la situation  européenne. Globalement, elle est plutôt encourageante, puisque les 28 pays de l'Union Européenne ont émis en 2013 2,5% de CO2 de moins qu'en 2012.

On note néanmoins de très fortes disparités entre tous ces pays. Quand la Suède fait partie des bons élèves de l'Union en n'émettant que 3,80 tonnes de CO2 par an et par habitant et que la Roumanie diminue ses émissions de plus de 14% sur une année, le Luxembourg affiche lui un taux d'émissions de plus de 19 tonnes par an et par habitant.

"Et la France ?", nous direz-vous ? Eh bien la France présente une évolution de ses émissions qui va dans le mauvais sens, puisqu'elles ont augmenté de 0,6% sur un an et font de notre pays le quatrième pollueur de l'UE avec 345 millions de tonnes de CO2 émises en 2013, loin toutefois derrière l'Allemagne et ses 760 millions de tonnes.

Ce genre de classement peu flatteur ne doit pas empêcher les pouvoirs publics d'impulser un véritable effort pour entamer une transition écologique qui devrait conduire notre pays à se désolidariser de l'énergie nucléaire et à tirer un trait définitif sur les industries qui fonctionnent grâce aux énergies fossiles, le tout au profit d'énergies renouvelables de toutes sortes. Cela fait des années que nous tenons ce genre de propos, ayant parfois l'impression de prêcher dans le désert.

Mais cette fois, la perspective de la 21e Conférence sur le Climat qui se tiendra à Paris en 2015 laisse espérer de meilleurs lendemains : avec les yeux du monde entier rivés sur elle, la France pourrait avoir envie de se montrer sous son meilleur jour en annonçant les mesures écologiques fortes tant attendues.

Croisons les doigts…

Photo : CaptainKimo/Flickr/CC