Equiper les cargos d’une aile pour économiser du carburant et réduire la pollution qu’entraîne le transport de fret maritime, c’est l’idée que développe une start-up toulousaine et à laquelle Airbus et l’ADEME croient beaucoup.

Equiper les plus gros bateaux du monde d’une aile géante qui leur permettrait une économie conséquente de carburant : l’idée n’est pas nouvelle, certes (la preuve, nous en parlions déjà il y a deux ans ici), mais elle a le mérite de faire son chemin.

Cette fois, ce sont d’anciens ingénieurs d’Airbus, réunis au sein de la start-up toulousaine AirSeas, qui se sont penchés sur le sujet, faisant parler leur expérience de l’aéronautique pour imaginer un système d’aile automatisée d’assistance à la propulsion des cargos. Mesurant 500 mètres carré pour le plus petit modèle et 1000 mètres carré pour la plus grande, l’aile, gonflée par les vents du large, pourra être capable de réduire de 20% la consommation de carburant par trajet. Cela grâce à un algorythme qui analyse les données météorologiques et propose au capitaine du navire la route la plus à même de lui faire économiser un maximum de fuel. Libre à lui de suivre ou non les indications fournies.

En constante hausse, le transport de fret maritime mondial (qui représente 2,7% des émissions mondiales de CO2) a franchi, depuis deux ans, le cap des dix milliards de tonnes de marchandises annuelles, acheminées dans les plus grands ports de la planète à l’aide d’un demi-milliard de containers. Face à de tels chiffres, la perspective d’une baisse de la consommation de carburant est évidemment une excellente nouvelle.

D’autant plus excellente que les cargos ne sont pas propulsés à l’essence ordinaire, mais pour la majorité d’entre eux au fioul lourd, un sous-produit du pétrole qui émet d’énormes quantités de particules fines, d’oxyde d’azote et d’oxyde de soufre dès lors que sa combustion est entamée. A ce propos, nous ne pouvons que vous conseiller la lecture de cette excellente enquête publiée par le quotidien suisse Le Temps.

Et alors, cette aile pour bateau, quand la verrons-nous ? Si tout va bien d’ici deux ans : Airbus envisage en effet d’en équiper un de ses cargos assurant les liaisons entre ses différents sites de production. Avant, pourquoi pas, d’envahir le monde ?

Photo : www.airseas.com