Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, la Commission lance une campagne européenne. Rappel du phénomène.

Le gaspillage alimentaire est une plaie, un luxe que seuls les pays riches peuvent s'offrir. Rendons-nous compte que les pays de l'Union Européenne jettent à eux seuls, chaque année, 90 millions de tonnes de nourriture, autant de produits qui présentent un bilan carbone peu fameux, puisqu'il aura fallu les produire et les transporter, et qu'ils finiront par s'entasser en tant que déchets. Un comble, dans un monde où 925 millions de personnes souffraient de la faim en 2010, selon les chiffres de l'ONG Action contre la faim.

S'il appartient aux industriels de trouver des solutions pour réduire ce gaspillage (en jouant sur la qualité des produits ou sur leur conditionnement), les citoyens peuvent également agir, à leur modeste niveau. Car réduire le gaspillage permet non seulement de rendre un service à la planète, mais vous évite aussi quelques dépenses superflues, un argument non négligeable dans une période difficile pour tout le monde. La Commission Européenne lance alors une campagne à destination du demi-milliard de citoyens de l'UE, auxquels elle dispense quelques conseils plein de bon sens, mais qui semblent nous avoir échappés.

La préparation des courses est ainsi une étape importante : quelques minutes prises pour faire l'état des lieux de vos stocks, et éviter d'acheter des produits en double qui finiront à la poubelle. De même, la congélation ne doit pas être oubliée : des plats familiaux dont les portions excédentaires seront surgelées finiront pas être consommés. A l'inverse de ceux qu'on laisse traîner dans un plat au fond du réfrigérateur. De même, la gestion des dates de péremption, l'utilisation des restes ou le recours au compostage doivent faire partie du quotidien de chaque citoyen européen, pour un monde où le gaspillage alimentaire n'a plus sa place. 

 

Article sponsorisé