Changer quelques éléments de ses chaussures en fonction des modes ou au gré des besoins, le tout pour lutter contre l’accumulation des déchets, c’est la proposition de MODS. 

Les concours de design sont souvent l’occasion de découvrir des projets étonnants. S’ils ne sont pas tous assurés de voir le jour, ils ont au moins le mérite d’exister, et leurs créateurs sont à saluer. Dernier exemple en date, le vainqueur du trophée « Cradle to cradle » dans la catégorie « projets étudiants » : les MODS, ou les chaussures modulables.

Vous vous souvenez peut-être du téléphone Phoneblocks  ou d’Eco-Mobius, des smartphones dont le propriétaire peut remplacer à sa guise ou si nécessaire les pièces défectueuses ? Le principe est ici le même, mais appliqué aux chaussures. Quan Pham, étudiant sur le campus de Virginia Tech, est parti d’un constat simple, celui que chaque année, aux Etats-Unis, 300 millions de paires de chaussures sont jetées à la poubelle et finissent dans des décharges, où 40 années sont nécessaires à leur décomposition. Sa solution à ce problème : une chaussure tout ce qu’il y a de plus confortable constituée de 5 parties à assembler et à interchanger au gré des modes ou des besoins.

Les matériaux utilisés sont soit issus de la récupération (du PET recyclé à partir de déchets plastique océaniques pour la semelle, transformé en fil pour imprimantes 3D) soit issus de filières écologiques (de la laine et de la fibre de bambou pour le reste de la basket). Le corps de la chaussure ne vous plaît plus ? Sa semelle est percée ? Il suffit à l’heureux propriétaire de les remplacer, indépendamment les uns des autres. Laine et bambou usagés peuvent être confiées aux filières classiques de traitement des déchets, leur dégradation sera rapide et sans danger pour l’environnement. Le PET des semelles, lui, peut être rapporté en boutique où il sera recyclé et où une remise vous sera faite sur l’achat de votre prochaine semelle. Il est à noter que tous les éléments des MODS sont solidaires les uns des autres sans le moindre point de colle (et donc sans recours aux solvants) : seuls des fils savamment placés maintiennent solidement l’ensemble.

Le prix d’une telle merveille ? L’endroit où se la procurer ? Hélas, il ne s’agit pour l’instant que du fantasme d’un jeune designer talentueux. Demain, peut-être…

Photo : www.c2ccertified.org