Un projet académique entend recycler les cabines téléphoniques usagées et les transformer en bibliothèques itinérantes.

Retour 17 ans en arrière : le téléphone portable n'était pas encore aussi développé qu'il ne l'est aujourd'hui (la France présente tout de même un taux de pénétration de l'objet de 107%, soit plus d'un téléphone par habitant) et les cabines téléphoniques étaient alors la seule alternative pour passer un coup de fil hors de la maison. 290 000 d'entre elles parsemaient les trottoirs des villes françaises. Devenues inutiles, elles sont peu à peu supprimées et condamnées à disparaître. A Paris par exemple, si 2800 d'entre elles subsistent encore, il ne pourrait en rester qu'une quarantaine d'ici 2016.

» Lire aussi : Recycler son portable, le guide pour tout savoir

Mais que faire de ces vieilles cabines téléphoniques ? En partenariat avec la Maison de l'Europe des Yvelines et l'Académie de Versailles, France Telecom / Orange entend en recycler quelques-unes en bibliothèques itinérantes. Nom de code du projet : BiblioBoXX. Cinq cabines hors d'usage seront remises à la Maison de l'Europe qui les répartira ensuite dans cinq établissements scolaires de l'Académie de Versailles, où elles seront transformées par les étudiants des formations professionnelles concernées. Ce projet à la fois culturel et pédagogique devrait également permettre d'introduire de façon concrète et pratique la notion de recyclage dans les cursus préparant aux métiers de la construction.

Une fois devenues "bibliothèques", il reviendra aux étudiants de les faire vivre : en déposant les livres qu'ils ont déjà lu et qui sont susceptibles d'intéresser la communauté, et en empruntant ceux qui présentent un intérêt particulier. La notion d'échange succède alors au recyclage dans la famille des valeurs qu'il va nous falloir intégrer dans les années à venir, pour le bien de la planète. Bonne nouvelle : ce projet de BiblioBoXX n'est pas franco-français puisqu'au même moment, Deutsche Telekom, lance une opération similaire en Allemagne, où il est le principal opérateur.

L'Europe, nouvel eldorado du recyclage et de la culture ?