A Taîwan, des étudiants en design ont imaginé des glaces à l'eau polluée. Les images, bien que choquantes et inquiétantes, n'en sont pas moins magnifiques.

En 2013, le chiffre transmis par le commissariat général au développement durable tombait comme une sentence : en France, 93% des cours d'eau étaient pollués par des herbicides ou des pesticides. Pour un tiers de nos cours d'eau, le précieux liquide est même qualifié de "non-potable". Mais la pollution d'un cours d'eau ne se limite malheureusement pas à ces rejets agricoles, et des pollutions d'origine industrielle ou liées aux activités urbaines peuvent survenir.

Trois étudiants de l'université des Arts de Taïwan se sont justement penchés sur cette dernière car, en mer de Chine comme chez nous, les macro-déchets sont omniprésents dans les rivières. Pour alerter sur cette situation et participer au prestigieux "Young Pin Design Award", nos étudiants se sont rendus en 100 points du territoire taïwanais pour, à chaque fois, y prélever des échantillons d'eau polluée. Au palmarès des déchets les plus souvent retrouvés : les bouchons en plastique, les sacs plastique, et les emballages de baguettes.

Pour mettre en scène cette pollution, ils ont tout simplement transformé l'eau polluée récupérée en glace à l'eau, avec le bâtonnet que nous connaissons tous, la forme des glaces de notre enfance, et un emballage parfaitement marketé qui ne laisse en aucun cas imaginer ce qu'il dissimule. A moins, évidemment, qu'on ne se penche sur les petits caractères qui précisent le lieu de prélèvement. Le résultat, ce sont des glaces à l'aspect franchement dégoûtant qu'il est évidemment fortement déconseillé de tester.

Malgré cela, le projet a bien évidemment rencontré le succès qu'il mérite en étant largement repris sur les réseaux sociaux et par la communauté du design, qui y voit une excellente manière d'alerter sur la catastrophe environnementale que nous vivons tous, où que nous soyons sur la planète.