Alors que se profile la disparition des pailles en plastique telles que nous les connaissons, deux Normands réinventent la paille en paille. Bio, évidemment.

En décembre dernier, la décision venue de Bruxelles tombait : le Conseil Européen et le Parlement venaient de bannir quelques produits jetables des rayons de nos magasins d’ici 2021. Adieu les assiettes et couverts en plastique, de même que les cotons tiges, touillettes et gobelets en polystyrène expansé. Autant de consommables à usage unique qui affichent une durée de vie allant de quelques secondes à quelques minutes, et qui se retrouveront immanquablement dans le meilleur des cas à la poubelle, et dans le pire des cas dans la nature où ils mettront des centaines d’années à se décomposer. Bref, l’Europe a ici agit pour l’environnement.

Mais à la liste des objets précédemment cités, il faut ajouter les pailles en plastique, déjà condamnées. Certaines entreprises ont d’ailleurs déjà pris les devants : Disneyland Paris et McDonald’s France ont déjà annoncé leur volonté de devancer la loi et de retirer les pailles en plastique de leurs restaurants. Mais pour les remplacer par quoi ? Par des équivalents biodégradables.

Si les idées viennent à manquer, nous ne saurions trop conseiller à ces multinationales de se tourner vers deux associés français, installés dans le Perche, qui commercialisent la première paille… en paille. L’un est agriculteur, l’autre designer. Le premier produit une paille certifiée biologique, le second se charge de lui donner un aspect séduisant. Après de nombreux essais, les deux compères sont arrivés à la paille parfaite, celle dont le diamètre et la solidité correspondent aux standards auxquels nous sommes tous habitués. Ils ont alors proposé leur trouvaille aux internautes, via un site de financement participatif où ils expliquaient leur procédé : des brins de seigle nettoyés, rincés, désinfectés et séchés qui seront ensuite marqués au laser ou à l’encre alimentaire. Proposés en deux formats (15 ou 21cm), les pailles seront bientôt disponibles sur le site de la jeune marque.

Pour l’instant, les commandes passées dans le cadre de la campagne participative (12 000€ espérés, pour plus de 16 000€ récupérés) seront les premières à être honorées. Sur un marché immense où 9 millions de pailles sont utilisées chaque jour en France, soit plus de 3 milliards chaque année, La paille du Perche entend confectionner et conditionner 6 millions de pailles biodégradables pour sa première année.

Souhaitons lui de s’imposer au plus vite !

Photos : KissKissBankBank / Facebook