Là-haut sur l’Everest, les déchets posent aussi problème. Une entreprise chinoise prévoit donc d’y installer des toilettes écologiques.

Etonnamment, le problème de la pollution en montagne a été magnifiquement abordé dans « Les bronzés font du ski ». Souvenez-vous, lors d’un pique-nique en altitude à flanc de montagne, et alors qu’ils évoquent la Méditerranée qui serait devenue « dégueulasse, un vrai dépotoir », le groupe ne s’embarrasse pas de ses déchets et jette alentour les bouteilles, canettes, assiettes en carton et autres boîtes de conserve. Jérôme, campé par Christian Clavier, annonce alors fièrement à ses camarades inquiets de cette pollution que la neige va bientôt tout recouvrir et que « ça reste immaculé ». Depuis 1979 et la sortie de ce monument de la comédie à la française, la réalité a cependant rattrapé la fiction.

Les randonneurs qui tentent chaque année l’ascension de l’Everest y laissent en effet quantité de déchets depuis trois décennies que le chemin vers le toit du monde s’est démocratisé. L’été dernier, 32 tonnes de detritus ont ainsi été redescendues des camps  I et II, respectivement à 5340m et 6500m d’altitude. Les camps de base plantés plus haut dans la montagne, jusqu’à 8000m, ont eux fait l’objet en 2017 d’un nettoyage spécial par une ONG et des sherpas qui en ont redescendus plus de 5 tonnes d'ordures diverses. Mais depuis, les déchets s’y accumulent de nouveau, sans solution.

Une entreprise chinoise propose à partir de cette année une solution pour un type de déchets bien particuliers : l’installation, dans le plus haut camp de base du Tibet, de toilettes sèches pour récupérer les excréments des aventuriers de l’extrême. Les déchets organiques y seront stockés, puis redescendus régulièrement dans la vallée avant d’être transmis à des agriculteurs locaux, qui l’utiliseront comme engrais biologique. Ces toilettes seront mises à disposition dans le courant du printemps, période durant laquelle le gouvernement chinois autorise les alpinistes (et eux seuls) à se mesurer au mont Everest.

Quant aux autres déchets, de cuisine ou d’emballage, il faut pour l’instant se contenter de la seule bonne volonté des aventuriers qui sont encouragés à les redescendre avec eux : en attendant l’installation des bacs de tri sélectif les plus hauts du monde ?

Photo : Flickr/CC/GuntherHagleitner