Vous pensiez connaître toutes les qualités des voitures électriques ? En voici une supplémentaire, qui vous fera forcément fondre.

Dans ces pages, nous avons fait mille fois (peut-être même deux mille) la promotion de la voiture électrique. Quel que soit le constructeur, quel que soit le modèle, ou quelle que soit la nationalité de l’engin, les tentatives pour faire progresser les moteurs électriques et imposer ce mode de déplacement ont toujours trouvé un écho sur notre site. Pourquoi ? Parce que les voitures électriques nous semblent présenter un nombre conséquent d’avantages environnementaux, et que leurs performances les rapprochent de plus en plus de leurs cousines thermiques.

Ainsi, l’essor du diesel en France, s’il a permis aux automobilistes de parcourir plus de kilomètres avec un même volume de carburant tout en payant celui-ci moins cher à la pompe, a entraîné une explosion dans les émissions de particules fines, néfastes à la santé. Si nous sommes habitués aux pics de pollution aux particules durant l’été, ces épisodes dangereux se multiplient désormais en plein hiver : l’Indre et Loire, les Bouches du Rhône, ou le Morbihan peuvent en témoigner. Mais une révision de la fiscalité du diesel et l’essor récent des SUV ont ramené les Français vers l’essence sans plomb traditionnelle, avec pour effet, et pour la première fois depuis 23 ans, une hausse des émissions de CO2 enregistrées en France.

Les voitures électriques, elles, n’émettent ni CO2 ni particule fine à l’usage. Quant à leurs performances autrefois moquées, elles ne font aujourd’hui plus rire grand monde : avec 300 km d’autonomie moyenne pour la ZOE (modèle le plus vendu chez nous) et une recharge intégrale de batterie pour environ 2€, l’électrique a de quoi séduire.

Nous pensions en rester là avec les qualités de cette technologie, mais nous en découvrons tout récemment une nouvelle, ô combien touchante : le CHU de Dijon, comme avant lui l’hôpital de Vannes ou celui de Valenciennes, a annoncé lors de l’inauguration de son espace Enfants Malades, mettre à disposition des petits patients des voitures électriques. Ainsi, ce sont les enfants eux-mêmes qui, installés au volant de ces modèles réduits, se rendront au bloc opératoire. Les équipes médicales sur place estiment en effet qu’en plus de dédramatiser l’acte chirurgical à venir, ces parcours au volant de ces mini-bolides calment les jeunes patients et autorisent les médecins à réduire les doses de calmants qu’il leur faut parfois administrer, voire à s’en passer totalement.

Dans cette situation, plus que jamais, vive la voiture électrique !

Photo : Page Facebook du CHU Dijon Bourgogne