Plutôt que de convertir les poids-lourds au ferroutage, la Suède réfléchit à transformer ses autoroutes pour favoriser les camions hybrides et électriques. 

En France, le ferroutage, c’est-à-dire le transport de marchandises par voie ferrée au détriment des poids lourds classiques, est encore très (trop) marginal. Dernier exemple en date, l’inauguration de la ligne de ferroutage Calais-Perpignan capable de transporter 40 000 remorques par an, quand 1,8 millions de camions transitent chaque année par la ville du Pas-de-Calais

A l’étranger, des industriels travaillent pourtant d’arrache-pied en s’inspirant du ferroutage. En Suède par exemple, le constructeur de camions Scania s’est associé à l’électricien Siemens pour imaginer un mode de transport de marchandises aux émissions de CO2 réduites. Plutôt que de transvaser les poids lourds sur les voies de chemin de fer, les deux entreprises ont pensé apporter le courant électrique à une portion de route déjà existante, et sur laquelle les poids lourds basculeraient en fonctionnement 100% électrique.

Comme pour les locomotives, les camions spécialement équipés d’une motorisation hybride et de pantographes (les bras articulés qui permettent d’entrer en contact avec les lignes à haute-tension placées quelques mètres au-dessus d’eux) circulent sans émettre le moindre gramme de CO2, sur la voie de droite des 2 km d’autoroute équipés pour cet essai grandeur nature. Si toutefois il venait à y avoir un accident sur cette fameuse voie, ou qu’un routier devait rouler moins vite que la vitesse autorisée, les chauffeurs peuvent basculer en motorisation thermique (les camions utilisés pour l’essai fonctionnent au biodiesel) pour effectuer un dépassement et revenir sur la voie électrique, tout simplement.

Les prémices d’un nouveau mode de transport pour se rapprocher de l’objectif que s’est fixé le pays : généraliser d’ici 2030 la circulation des véhicules qui n’auront plus recours aux énergies fossiles. Une fois de plus, l’exemple semble venir du Nord de l’Europe, à nous d’observer cette expérimentation de près et d’éventuellement nous en inspirer.

Photo : AleixCortes/Flickr/CC