JC Decaux prépare un Vélib’ électrique pour 2017, année qui verra le service parisien de vélos partagés mis en concurrence. Malin.

Depuis 2007, le Vélib’ parisien a acquis une notoriété certaine, séduit des millions d’utilisateurs, et parcouru au total près d’un milliard de kilomètres. Seulement voilà, la romance des vélos en libre-service de JC Decaux et la Ville de Paris n’est pas gravée dans le marbre et, en 2017, le marché qui lie les deux parties sera remis en jeu et soumis à la concurrence.

Pour conserver cette vitrine unique au monde, Decaux a donc intérêt à tout mettre en oeuvre pour emporter à nouveau la mise. C’est sans doute pour cela que l’entreprise a récemment présenté l'e-VLS, une version à assistance électrique de son Vélib’ qui s’adaptera parfaitement aux centaines de stations déjà construites dans Paris et sa couronne.

L’abonné à l’e-VLS pourra se voir confier une petite batterie amovible et rechargeable qu’il lui suffira de fixer au guidon du vélo grâce à un simple aimant, pour alimenter le moteur dissimulé dans la roue avant. L’autonomie proposée sera d’une dizaine de kilomètres (parcourus évidemment sans émettre la moindre particule de CO2), et si la peur de tomber en panne de batterie vous saisit, vous pourrez toujours consulter l’indispensable appli mobile associée pour vérifier son niveau de charge. Autant dire qu’il s’agit de l’amélioration rêvée par toutes celles et tous ceux qui, surtout en cette période où les températures ne cessent de grimper, étaient réfractaires au Vélib’, de peur d’arriver au bureau en sueur !

Alors que l’hypercentre de la capitale pourrait être interdit aux voitures d’ici quelques années (à l’instar de ce que vient d’annoncer la ville de Bruxelles) et que la majorité actuelle semble faire de la pollution parisienne un des enjeux majeurs des années 2010, nul doute que Decaux et ses vélos électriques arrivent au bon moment. 

Photo : RickPayette/Flickr/CC