Les solutions miracles pour nettoyer les océans ne manquent pas. Nous vous en présentons une qui semble fonctionner, et qui est en passe d’être appliquée à grande échelle.

« Si rien ne change, en 2050, les débris plastiques dans les océans pèseront plus lourd que les poissons contenus dans ces mêmes océans » : ce que l’on pourrait prendre au pire pour une boutade, au mieux pour un slogan, n’est rien de plus que la triste vérité, comme l’a démontrée une étude menée entre autres par la fondation d’Ellen McArthur. Sommes-nous condamnés à être spectateurs du désastre en cours ? Ou bien est-il possible d’inverser la tendance ? Pour Boyan Slat, un Néerlandais de 24 ans, l’avenir des océans n’est pas encore écrit.

Grâce à son projet Ocean Cleanup, il espère bien s’attaquer non pas à la source des déchets (ça, ce serait plutôt aux entreprises et aux particuliers de le faire en maîtrisant mieux le contenu de leurs poubelles) mais à ces incroyables gisements de plastique que sont les gyres océaniques. Pour rappel, nous parlons là des points de convergence de tous les courants océaniques où tous les déchets jetés à la mer finissent tôt ou tard par se rassembler. A tel point que dans le cas de l’océan Pacifique, la gyre est appelée « le continent de plastique »

Boyan Slat a donc imaginé un dispositif flottant qui, placé au centre de ces gyres et amarré au plancher océanique, serait capable de récupérer les déchets plastique par la seule force des courants et de les stocker dans une plateforme spéciale avant que des bateaux ne les ramènent à terre. Validée par des dizaines d’ingénieurs, sa méthode sera bientôt testée en modèle réduit (un prototype de 100 mètres) au large des Pays-Bas, et un exemplaire de 2 kilomètres de long sera ensuite mis à l’eau entre le Japon et la Corée, dans une des zones marines les plus polluées de la planète. L’objectif étant de maîtriser parfaitement cette technologie nouvelle pour un déploiement au coeur de l’océan Pacifique en 2020, où il estime pouvoir retirer la moitié du plastique de cette gyre en une dizaine d’années. Si Boyan Slat a rencontré quelques difficultés au début de son aventure (dues à son jeune âge notamment, qui fait que les investisseurs potentiels ne le prenaient pas au sérieux), il semble cette fois bel et bien lancé sur la voie du succès.

Pour suivre pas à pas son aventure, n’hésitez pas à visiter www.theoceancleanup.com.

Photo : Capture d’écran YouTube