Deux Français lancent un projet de recyclage des planches de surf et demandent un coup de pouce des internautes.

Quand Benoît et Nikita, deux jeunes passionnés de surf, ont une idée, ils semblent être du genre à aller au bout de leur démarche. Pour lancer le projet ReSurf, leur opération de recyclage de planches de surf, la première initiative mondiale du genre, ils ont besoin de moyens financiers conséquents et en appellent pour cela à l'aide des internautes, via Ulule, la plateforme de financement participatif.

Pour eux, il est possible de recycler une large partie des 400 000 planches fabriquées chaque année dans le monde. Si celles en polyuréthane sont à écarter d'office, les nombreuses planches en polystyrène utilisées dans les écoles de surf ou plus généralement par de nombreux amateurs de sports de glisse, elles, intéressent nos deux hommes. En effet, le polystyrène représente 85% de leur composition. Après une nécessaire étape de "délamination" qui consiste à séparer les couches extérieures de la planche du polystyrène, ce dernier sera broyé et compacté pour être facilement transporté par la suite vers une unité de recyclage.

Preuve que le projet Ulule tient la route, ses deux instigateurs ont déjà noué des partenariats pour trouver des débouchés à leur récolte. Les matériaux qui formaient la couche externe de la planche seront envoyés, grâce à l'expertise de l'entreprise dans laquelle travaille Benoît, dans une filière de traitement spécifique. Quant au polystyrène, une fois compacté, il sera dirigé vers le Lot-et-Garonne, où une usine de recyclage sera prête à le travailler pour en faire de nouvelles planches de surf. Benoît et Nikita estiment ainsi qu'en récupérant un millier planches, ils seront capables d'en produire 420 nouvelles à partir de matériaux recyclés. Toujours selon leurs estimations, une école de surf classique se débarrasse chaque année de 2 à 3 planches de surf : pour en récolter un maximum, il faudrait passer le message à toutes les écoles de France et de Navarre pour les faire participer au projet ReSurf.

Pour cela, des dépenses de communication sont évidemment nécessaires : celles-ci sont évaluées à un millier d'euros sur les 14 000 nécessaires à la réalisation du projet. Le reste du budget se divise entre le transport des planches récupérées, leur transformation, et la mise au rebut dans des filières spécialisées.

Pour en savoir plus sur ce projet que Bodhi Salver soutiendrait de toutes ses forces, et pour leur donner un petit coup de main, rendez-vous sur www.ulule.fr. Il vous reste 19 jours pour faire un geste pour la planète.

Photo : AlobosLife/Flickr/CC