Déchets, émissions de CO2 : en 2017, Biocoop réduit son impact environnemental en cessant de commercialiser de l'eau en bouteille.

Eau en bouteille ou eau du robinet ? A l'heure de trancher ce dilemne, bien des consommateurs hésitent. L'eau en bouteille a pour principal avantage d'avoir un goût constant à même de fidéliser le consommateur, contrairement à l'eau du robinet qui varie d'une ville à l'autre. Inconvénient de taille cependant : son bilan carbone. Car les 7 milliards de bouteilles d'eau en plastique consommées chaque année en France nécessitent 150 000 tonnes d'emballages, une distance de transport moyenne de 300 km, et seules la moitié d'entre elles sont recyclées.

Biocoop, enseigne de distribution soucieuse de notre environnement a en tout cas pris sa décision : les bouteilles d'eau en plastique ont disparu des rayons de ses 431 magasins. La raison avancée, c'est l'empreinte écologique d'un tel marché. Biocoop a d'ailleurs mis en ligne un outil qui permet à chacun d'entre nous, en fonction de sa consommation d'eau minérale, d'évaluer les conséquences de ses achats sur la planète. Une famille de trois personnes qui achète chaque semaine 12 bouteilles de 1,5L produira ainsi 9 kg de déchets non recyclables, sera à l'origine de l'émission de 67 kg de CO2 dans l'atmosphère, et fera parcourir la bagatelle de 187 200 km à des transporteurs routiers pour acheminer au magasin le plus proche les 624 bouteilles nécessaires à sa consommation annuelle.

En prenant une telle décision, Biocoop fait un geste purement militant, d'autant que l'eau en bouteille représentait jusqu'à présent entre 1 et 1,5% du chiffre d'affaires de l'enseigne. Pas de soucis à se faire pour autant pour le réseau, qui devrait ouvrir 60 magasins en 2017, et dont la croissance affolante était de 25% en 2016.

La voilà, la bonne nouvelle du lundi matin.

Photo : Page Facebook Biocoop