Dans plusieurs villes du monde, d'étranges poubelles équipées de panneaux solaires révolutionnent le ramassage et le tri des déchets. Dernier exemple en date : Bath.

Parmi le réseau mondial des villes classées au patrimoine mondial de l'UNESCO, la commune britannique de Bath rejoint Strasbourg et Salzbourg parmi celles à avoir adopté un système de collecte de déchets intelligent. Auparavant, à Bath, ladite collecte était d'une banalité abyssale : des poubelles, des bacs de tri des déchets qui nécessitent un passage très régulier des camions-poubelles pour les vider.

Aujourd'hui, les choses sont différentes grâce à 25 stations "BigBelly Solar" installées sur le territoire de la commune. Ces stations individuelles sont en fait des compacteurs, qui permettent de réduire instantanément le volume de déchets qu'ils renferment. Selon les concepteurs, ce volume peut être divisé par cinq grâce au compactage. Des déchets moins imposants, ce sont donc des fréquences de ramassage moins élevées et des émissions de CO2 dues au transport qui chutent de 80%. Sans compter les nuisances inhérentes au ramassage des ordures : le bruit et les gyrophares aux aurores, la gêne du trafic…

A Salzbourg, ville autrichienne ayant déjà adopté le système, les résultats sont spectaculaires : là où la mairie organisait quatre ramassages quotidiens, le réseau de compacteurs lui a permis de réduire ces passages à une fois tous les deux jours. Et si d'aventure cette poubelle spéciale se remplit plus vite que prévu, des capteurs à l'intérieur préviennent un ordinateur central qui commande alors un ramassage d'urgence.

"L'énergie nécessaire au fonctionnement de tout cet appareillage, d'où provient-elle ?". Eh bien cette énergie, vous l'avez sans doute déjà compris en apprenant plus haut que le système s'appelait "BigBelly Solar", est intégralement fournie par les panneaux solaires placés sur le couvercle. Le système s'avère à la fois écologique et économique. La ville de Philadelphie, parmi les premières à l'avoir testé peut en témoigner, elle qui a économisé 900 000 dollars dès la première année dans sa collecte d'ordures. Peut-être bientôt près de chez vous, enfin, on espère.

Pour voir le compacteur en action, ça se passe ci-dessous.