Une ville. Beaucoup de forêt. Une idée : exploiter la biomasse. Résultat : la première municipalité au monde à être indépendante sur le plan énergétique.

Pour un pays tout entier, l'indépendance énergétique est difficile à atteindre. Car à moins d'être producteur d'énergies fossiles comme le charbon ou le pétrole, ou d'être un pays minuscule comme l'archipel des Tokelau qui a acquis son indépendance énergétique grâce aux énergies renouvelables, il faut forcément importer de l'énergie. La France, malgré ses 75% d'électricité d'origine nucléaire n'échappe pas à la règle.

» Lire aussi : L'archipel des Tokelau, le premier territoire 100% énergie solaire

A une plus petite échelle, c'est autre chose. Ainsi, en Autriche, la petite ville de Gussing produit l'intégralité de son énergie, et même beaucoup plus. C'est au début des années 90 que Peter Vadasz, le maire, prend conscience du potentiel de sa commune, et des forêts qui l'entourent. 133 000 hectares au total. La décision est prise : ce bois sera exploité. Des usines qui se charge de transformer les arbres en copeaux sont ainsi édifiées, de même que des centrales à bois qui transforment la chaleur en électricité. Le moment de rappeler que la consommation du bois est neutre en émissions de CO2, puisque la combustion ne rejette que la quantité de carbone absorbée par l'arbre lors de sa croissance. Ni plus, ni moins. 

Le succès est tel qu'en plus de devenir la première ville au monde indépendante en énergie, Gussing exporte même la moitié de sa production électrique. Ainsi, non seulement les diverses usines ont permis de créer un millier d'emplois sur place, mais en plus la ville gagne des deniers en vendant le surplus de production. Et tout cela grâce à la biomasse, une énergie renouvelable. Cette histoire est à découvrir en vidéo sur Shamengo, le site web de l'information positive sur des solutions alternatives.