Aujourd’hui 22 mars sort en librairies le Code de l’animal, premier ouvrage du genre en France. Pour tout savoir de leurs droits.

32,7 millions de poissons. 5,8 millions d’oiseaux. 7,3 millions de chiens. 13,5 millions de chats. Sans compter les lapins et autres NAC. C’est un fait : les Français aiment les animaux domestiques. Malgré cette affection, certains de nos compatriotes font régulièrement la Une des médias à cause des traitements infligés à leurs compagnons : maltraitance, mauvais traitements, sévices voire torture. A chaque fois, la même réaction de millions de citoyens incrédules qui espèrent des sanctions contre ces maîtres indignes en se disant que ces pauvres animaux, eux aussi, ont des droits.

Oui ils en ont, mais lesquels ? Difficile à dire, des milliers de dispositions apparaissant dans toutes les couches du mille-feuilles législatif. Du code civil au code pénal, en passant par le code de l’environnement ou celui de la santé publique, sans oublier le code de l’environnement, le code rural et de pêche maritime, ou même le droit européen, il est extrêmement difficile de s’y retrouver. Consciente de ce gloubiboulga, la Fondation 30 millions d’amis s’est rapprochée de deux spécialistes du droit animalier et de leur équipe d’universitaires pour repérer les textes, les regrouper, et organiser le 1er Code de l’animal en France ! Et on ne parle pas là d’un livre-prétexte imaginé pour se faire de la publicité. Non, il s’agit bel et bien d’un véritable code, fort de plus de 1000 pages, édité par un spécialiste des publications juridiques (LexisNexis). Un bon gros pavé en somme !

Reconnus depuis 2015 comme « des êtres vivants doués de sensibilité » par le Code Civil, et non plus comme des « meubles », et désormais dotés de leur propre code législatif, les animaux de compagnie, d’élevage ou sauvages et leurs soutiens humains se préparent dès à présent à leur prochaine bataille juridique commune : la reconnaissance de la personnalité juridique des animaux, toujours considérés comme des biens matériels. Et devinez quoi ? La Fondation 30 millions d’amis planche déjà sur le projet.

Photo : www.30millionsdamis.fr