La capitale anglaise sera bientôt dotée d’une flotte de taxis à la motorisation hybride. Et si Paris s’en inspirait ?

Le mouvement social des chauffeurs de taxi en France, qui se mobilisaient contre le développement d’une application pour smartphone permettant à des clients potentiels de choisir une autre solution de déplacement, a fait grand bruit il y a quelques mois. Cette fois, c’est au tour des taxis londoniens d’attirer l’attention, pour une raison toute autre cependant : le nouveau modèle de référence sera hybride !

En effet, la marque Geely, dont les studios de design sont basés à Barcelone, s’est appliquée à imaginer un modèle de remplacement aux élégants « London cabs » en respectant toutefois l’engagement pris par « The London Taxi Company », unique fabricant des taxis londoniens qu’a racheté Geely en 2013 : réduire de façon conséquente les émissions de CO2 imputables aux véhicules britanniques. Le pari est réussi puisque la partie électrique (rechargeable en station) du moteur du futur TX5 sera capable d’assurer une autonomie de 50 kilomètres au véhicule et d’engager ainsi de conséquentes économies de CO2, lorsque la flotte des 22 000 taxis de la capitale anglaise aura été remplacée.

Tous ces véhicules s’éviteront peut-être également une polémique dont ils se passeraient bien : les taxis faisaient en effet partie des véhicules motorisés autorisés à accéder, depuis l’instauration du péage urbain, à l’hypercentre de Londres sans avoir à payer un droit d’accès, et ce quelle que fut leur motorisation. Dorénavant, en tant que « véhicules propres » (les propriétaires individuels de véhicules électriques ou hybrides peuvent déjà franchir gratuitement le péage), leur légitimité à circuler en centre-ville est totale.

Si le TX5 fera le bonheur des chauffeurs de taxi dès 2017, année de sa commercialisation, les passagers ne seront pas en reste, puisque chaque véhicule leur proposera 6 places assises, un toit panoramique, un accès wifi, ainsi que des prises pour recharger leurs appareils électroniques. Enfin, dernier atout : le propriétaire chinois (Geely) de The London Taxi Company a lourdement investi au Royaume-Uni pour y bâtir une usine flambant neuve où seront produits chaque année des milliers de véhicules « Made in England ».

Et si on allait visiter Londres ?

 

Photo : LauchlinWilkinson/Flickr/CC