Soirées étudiantes, spectacles, salons ou tout simplement commerçants et entreprises, tous on régulièrement recours au “flyer”. Mais au fait, qu'est-ce qu'un flyer ?

Si l'on se réfère à Wikipedia, il s'agit d'une "publicité sur support papier qui est distribuée de la main à la main dans les espaces publics, ou directement déposée dans les boîtes aux lettres". Il s'agit donc d'une unique feuille imprimée sur ses deux faces, et le terme "flyer" exclue de fait les prospectus publicitaires de plusieurs pages, arme de communication favorite des grands distributeurs. Le flyer sert généralement à annoncer des événements ponctuels, pour lesquels il faut attirer un maximum de public.

Pour attirer le chaland, leurs concepteurs ne lésinent en général ni sur le texte, ni sur l’encre, ni sur la qualité du papier, et il n'est pas rare de se voir distribuer un de ces tracts saturé de couleurs criardes imprimées sur papier glacé. Votre sang de citoyen modèle sensibilisé à l'écologie ne fait alors qu'un tour : le bilan écologique de l'impression d'un flyer doit être affreux. C’est en effet souvent le cas. Pourtant, il existe aujourd’hui de nombreuses solutions et certifications développées par la filière de l'imprimerie pour encourager les professionnels à améliorer leurs pratiques et diminuer leur impact environnemental. Mieux, Printoclock, imprimeur en ligne, met à la disposition de tous toutes les bonnes pratiques et labels écologiques existants.

Commençons par le choix de la matière première : le papier. Sur Printoclock, les imprimeurs ont le choix entre deux qualités de papier. Le premier arbore une certification PEFC, certifiant que le bois nécessaire à la fabrication de la pâte à papier est issu de forêts gérées durablement. Il faut comprendre par-là que l'exploitation de ce bois ne participe à aucun procédé de déforestation ou de disparition de certaines essences végétales. Aujourd'hui, 78% de la forêt publique française et 14% de la forêt privée bénéficient de cette certification. Le label FSC apporte, lui aussi, la garantie d'un papier issu de forêts gérées selon les principes du développement durable. Les règles FSC sont mêmes les plus strictes en matières de gestion forestière, tant au niveau des exigences environnementales que sociales. Bref, PEFC ou FSC, c'est l'assurance de ne pas blesser la planète en commandant quelques milliers de flyers.

Une fois le papier sélectionné, reste à choisir l'encre qui servira à l'habiller. Printoclock a opté pour l’encre végétale. Pourquoi? Parce que les encres minérales classiques contiennent de (trop) nombreux produits toxiques, notamment des métaux lourds comme le cuivre ou le zinc dans leurs pigments, ou des solvants issus de l'industrie pétrochimique. Autant de composants qui se retrouveront inévitablement dispersés dans la nature si le flyer ne suit pas les filières de retraitement habituel. Typiquement, s'il est jeté en pleine rue ou s'il tombe à côté de la poubelle, ce qui reste le sort réservé à une grande partie d'entre eux…

Enfin, quitte à se lancer dans une telle démarche écologique, autant aller au bout pour s'assurer de distribuer de vrais flyer écologique en sélectionnant un imprimeur qui a une politique de gestion de ses déchets dangereux, qui s'engage à la non-utilisation de produits toxiques et à la sensibilisation environnementale de sa clientèle, bref un imprimeur labélisé Imprim'Vert. Vous l’aurez deviné, c’est le cas de Printoclock...

Article sponsorisé