Il va peut-être falloir que l'Union Européenne se penche sur le problème de l'exploitation des gaz de schiste pour que ses Etats membres proposent une position commune. Car si la France refuse d'aller chercher ces ressources et rejette la technique de fracturation hydraulique, la Pologne a annoncé ce week-end que 12,5 milliards d'euros allaient être investis d'ici 2020 pour tenter d'extraire cette ressource souterraine.

La raison : la fin de son contrat gazier qui la lie avec la Russie en 2022 et une envie d'indépendance énergétique vis-à-vis de ce géant. Au mépris de l'environnement ?