L’essor technologique de l’humanité est bien souvent associé au déclin de la santé de l’environnement. Et pour cause : au sein d’une société de plus en plus modernisée, les individus consomment et participent activement à des phénomènes tels que la pollution de l’air et la production de gaz à effet de serre.

Ceci étant dit, il se trouve que lorsqu’elle est utilisée à bon escient, la technologie est capable d’accomplir des merveilles en termes de préservation de l’environnement. Voici deux technologies à la popularité croissante capables de se joindre à la cause écologique.

Drones

Appareils à l’origine employés uniquement par les forces armées ainsi qu’une certaine niche de férus de technologie, les drones ont vu leur popularité grandir de manière exponentielle, au point de devenir un cadeau de noël ordinaire au pied des sapins ces dernières années. Dans le cadre civil, les drones sont essentiellement utilisés à titre récréatif (pilotage de loisir, création de contenu média…), mais une autre application commençant à faire son apparition auprès de plusieurs grandes entreprises (Amazon, Google, UPS…) est la livraison de biens par drone.

Outre les avantages pratiques de ce mode de transport (éviter les embouteillages, possibilité de suivre avec une précision inédite la progression du colis…), la livraison par drone présente également un avantage écologique certain : l’absence totale d’émission de CO2. En effet, alors qu’un camion de livraison ordinaire rejette des dizaines de kilogrammes de CO2 par trajet, le drone parcourt la même distance de manière propre. En conséquence, un air plus respirable et un effet de serre réduit.

Cependant, comme l’a démontré Urban Hub au cours de son enquête, introduire ce nouveau mode de transport implique de devoir vaincre plusieurs freins d’ordre pratique et règlementaire : obligation légale d’avoir le drone en visuel lors du pilotage dans certaines zones, obstacles dans les airs, scepticisme de certains consommateurs… Affaire à suivre.

Voitures électriques

Tesla, Renault, BMW, Nissan… La liste des constructeurs automobiles se lançant dans l’aventure des voitures électriques est longue, et la concurrence croissante. En conséquence, il devient courant de voir des véhicules hybrides ou électriques dans les rues des villes ou dans les spots télévisés. L’aspect moderne et propre de ces voitures est mis en avant, les modèles sont proposés à des prix de plus en plus accessibles, et les bornes de rechargement deviennent progressivement plus courantes. Tous les critères semblent réunis pour encourager le public à franchir le pas.

En effet, à l’instar des drones, l’utilisation d’un véhicule électrique aide à réduire d’une part la pollution de l’air, mais également la pollution sonore (autre problème omniprésent en milieu urbain), les véhicules électriques étant beaucoup plus silencieux.

Mais malgré tous les avantages des voitures électriques, une controverse demeure d’actualité. Bien que l’utilisation des véhicules électriques soit beaucoup plus propre que celle des moteurs diesel, leur production reste particulièrement polluante. Le coupable est la batterie, dont la construction implique non seulement une grande consommation d’énergie, mais aussi le rejet de matières polluantes dans les sols sur les sites de production. Cependant, il reste vrai que la voiture électrique est moins polluante sur la totalité de son cycle de vie que les modèles classiques. Une possible amélioration serait donc que les constructeurs rendent le processus de production davantage respectueux des valeurs éthiques et environnementales.

La technologie est un milieu à l’évolution très rapide, et la livraison par drone ainsi que les voitures électriques sont d’excellents exemples d’innovations avant-gardistes capables de servir des causes environnementales. Quelles autres technologies pourraient participer de même à la sauvegarde de l’environnement dans le futur ?