Il y a deux semaines, le gouvernement japonais annonçait la fin de son programme nucléaire d'ici 2030, répondant ainsi aux craintes du peuple japonais, largement justifiées depuis la catastrophe de Fukushima. Mais dans les jours suivants cette annonce, les autorités envoient des signaux contradictoires en autorisant finalement la reprise de deux chantiers de construction nucléaires, puis en renonçant à officialiser la fin de l'atome au Japon. Et hier lundi, la société Electric Power Development a annoncé la reprise du chantier de construction d'un réacteur, avec la bénédiction des autorités. 

 
Parole, parole, parole, parole, parole
encore des paroles que tu sèmes au vent