Pour éviter le massacre des baleines dans l'Antarctique, l'ONG Sea Shepherd lance une nouvelle campagne de protection des cétacés, avec Pamela Anderson en vedette américaine de la conférence de presse.

Le Sea Shepherd reprend la mer. L'ONG de défense des océans, spécialisée dans la traque des baleiniers, lance aujourd'hui sa neuvième campagne de défense de baleines, qu'elle a baptisée "Tolérance Zéro". Alors que l'objectif de l'ONG consistait auparavant à courir derrière les vaisseaux japonais dans les eaux antarctiques pour les empêcher d'accomplir leur sale besogne, la flotte du Sea Shepherd ambitionne cette fois-ci de les empêcher de pénétrer dans ces sanctuaires de biodiversité qui constituent leur terrain de chasse favori.

Si la campagne de l'année passée avait été couronnée de succès (la flotte japonaise ne rentrant au pays qu'avec un tiers des prises espérées dans les cales), celle-ci pourrait être celle de la consécration avec un objectif clairement annoncé : "les empêcher de tuer une seule baleine". Les convictions de l'ONG lui attirent chaque année de plus en plus de sympathies, même si ses méthodes font parfois débat. On se souviendra par exemple de la collision entre un baleinier et un vaisseau de Sea Shepherd, l'Ady Gil, et des rumeurs de sabordage volontaire de la part de l'ONG qui avaient suivi. Ou encore de l'adjectif "terroristes" employé par les autorités japonaises, même si l'impartialité de ces dernières peut aisément être remise en cause…

Mais cette année, pour s'attirer les caméras du monde entier, ce n'est pas Paul Watson, fondateur de l'organisation en cavale pour échapper à une extradition au Costa Rica qui pourrait l'envoyer en prison pour un moment, qui était la vedette de la conférence de presse de lancement de la campagne "Tolérance Zéro", mais Pamela Anderson. L'ancienne naïade d'Alerte à Malibu s'était même équipée d'une combinaison de l'ONG, pour le plus grand plaisir des photographes présents.

De quoi assurer une visibilité mondiale à quelque évènement que ce soit…