Éclairer sa maison ou ses bureaux n’est pas qu’une simple affaire de goût. La consommation énergétique est un paramètre à prendre en compte. Mais comment faire pour allier économie d’énergie et réduction de la facture d’électricité ? Le présent article analyse, de fond en comble, les technologies d’éclairage les plus économes.

Les ampoules à faible consommation d’énergie

Le terme LFC désigne les ampoules fluocompactes. Leur durée de vie oscille entre 6000 et 12 000 heures. Elles sont réputées pour leur faible consommation en énergie électrique. En comparaison aux ampoules halogènes, les ampoules LFC consomment moins d’énergie. Certes, leur niveau de performance est bien en deçà des projecteurs LED, mais elles sont rangées dans la catégorie des ampoules basse consommation.

Les tubes fluorescents font partie des ampoules économes. Leur efficacité sur le plan énergétique ne fait pas débat. Cependant, elles sont davantage réservées à un usage de bureaux ou dans des bâtiments à usage public.

Sur le marché, le recours aux ampoules LED se justifie d’abord et avant tout par l’économie d’énergie qu’elles permettent de réaliser. L’impact environnemental des ampoules et spots LED est très faible. Cela se justifie par leur durée de vie relativement longue. On estime à 10 ans, soit 40 000 heures d’éclairage en moyenne, la durée d’utilisation d’une ampoule LED. Mis à part les métaux et les composants électriques dont ils sont équipés, elles ne contiennent aucun produit toxique.

L’ampoule à incandescence halogène « haute efficacité » est aussi une lampe économe. Cette dernière a remplacé l’ampoule halogène classique. Plus connue sous son autre appellation « ampoule halogène éco », sa consommation est 20 ou 30 % moins élevée que celle de l’ampoule halogène classique. En outre, l’ampoule Eco dure trois fois plus longtemps que l’ampoule classique, entre un et deux ans.

 

Quelques critères permettant de choisir facilement les ampoules économes

Les ampoules disponibles sur le commerce comportent des mentions sur l’emballage. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), c’est en exploitant ces indications que vous serez en mesure de choisir les ampoules économes. Parmi les indications présentes, il y a la température ou la couleur de la lumière, l’étiquette énergie, l’écolabel européen et le flux lumineux.

En général, les ampoules diffusent deux types de lumière. Si la lumière diffusée par une ampoule est chaude, ce type d’ampoule est destinée à l’éclairage du séjour ou des chambres à coucher. En revanche, si la lumière diffusée est de style dynamique, c’est que ce genre d’ampoule doit permettre d’éclairer les bureaux, les cuisines ou les salles de bain.

L’étiquette énergie indique l’efficacité d’une ampoule en matière de consommation d’énergie. Sa présence sur chaque ampoule vendue sur le commerce revêt un caractère obligatoire. La mention A++ permet de reconnaître les ampoules ayant le plus haut niveau de performance tandis que la mention E est faite pour les moins performantes.

L’écolabel européen est une distinction que l’on décerne aux ampoules électriques respectueuses de l’environnement. Les vertus écologiques se reconnaissent dans sa consommation énergétique moins élevée. Ce sont des ampoules qui offrent un confort visuel optimal et un usage de qualité supérieure.

La notion de flux lumineux doit être faite sur l’emballage du produit. Celle-ci donne des précisions sur la qualité de la lumière que diffuse l’ampoule. Le flux lumineux est exprimé en « lumens ». Il n’existe pas de rapport de proportionnalité entre la puissance et la quantité de lumière que produisent ces ampoules.

 

Contrôler l’éclairage afin de réduire la consommation énergétique

En dehors des méthodes évoquées plus haut, l’un des aspects les plus efficaces en matière d’économie d’énergie est sans aucun doute le contrôle de l’éclairage. Le recours aux programmes de contrôle permet non seulement de minimiser les coûts à travers l’extinction des lampes non utilisées, mais aussi le confort de l’usager. C’est donc une mesure permettant de réduire de façon significative la consommation globale de l’énergie électrique.

Les techniques permettant de contrôler l’éclairage sont multiples. Les minuteries, les détecteurs de mouvement et les détecteurs de lumière sont quelques-uns des dispositifs utilisés pour le contrôle de l’éclairage. Le rôle des minuteries consiste à assurer l’extinction des lumières selon une programmation. L’extinction des lampes ou leur mise en veille s’effectuent en cas de faiblesse ou d’insuffisance de la lumière naturelle.

L’absence de mouvement dans une pièce, pendant un certain temps, entraîne l’extinction automatique des lumières par les détecteurs de mouvement. Des capteurs d’occupation peuvent également être utilisés pour ce faire. Leur efficacité se révèle davantage dans les pièces où il est difficile de prévoir les périodes d’occupation. Vous pouvez aussi vous servir des horloges programmables pour allumer ou éteindre.

Le recours aux luminaires à intensité variable est un autre moyen permettant de réduire la consommation énergétique. En période de baisse d’activité, ces lampes se mettent en veille, diffusant une lumière de faible intensité. On les retrouve dans des endroits comme les parkings. La qualité de l’éclairage varie pendant la nuit selon que l’on est avant minuit ou entre minuit et l’aube.

 

Comment centraliser la gestion de l’éclairage ?

L’intégration du contrôle de l’éclairage à la gestion globale du bâtiment est désormais possible. La mise en place de protocoles tels que le KNX en est un parfait exemple. Leur flexibilité en matière de gestion de l’éclairage est d’un apport considérable. Ils allient la centralisation de la surveillance à l’intégration des éléments comme la climatisation et au contrôle de l’éclairage.

L’efficacité de ces protocoles dépend de l’application utilisée. Certains d’entre eux offrent une économie d’énergie allant jusqu’à 30 %. Pour concevoir et mettre en place de tels systèmes, il est nécessaire d’étudier le système d’éclairage et de dresser l’état des lieux en matière de consommation énergétique. Ces préalables ont un double avantage : définition du type d’éclairage et identification des options favorisant la réduction de la consommation.

Elles sont nombreuses, les entreprises dont l’offre en matière de solutions économes et de gestion de l’éclairage est conséquente. Qu’il s’agisse de l’éclairage extérieur, des travaux de jardin ou des parkings dans les sous-sols, des solutions existent qui permettent de minimiser les coûts à travers une réduction de la consommation énergétique.

Le remplacement des anciens compteurs fournis par EDF par de nouveaux compteurs Linky est une autre solution efficace pour réduire la consommation énergétique. Le choix des heures de basse facturation pour consommer plus d’électricité est une des options disponibles. Les compteurs Linky vous offrent aussi la capacité de mieux suivre vos consommations d’heure en heure. Vous pourrez ainsi débrancher vos appareils à certaines heures et réduire votre consommation électrique.