Les produits d'entretien écologiques de Method pouvaient devenir encore plus durable : une amélioration permise grâce au recyclage de plastique récupéré en mer.

Il y a quelques semaines, Ecover devenait le numéro 1 mondial des produits d'entretien écologique en rachetant Method, l'un de ses principaux concurrents. Une marque qui pointe le bout de son nez en France, mais qui est surtout présente aux Etats-Unis et en Asie. Pour encore améliorer son empreinte écologique, Method propose un nouveau packaging pour ses produits, fait d'un plastique bien particulier, celui que l'on retrouve par dizaines de millions de tonnes dans les océans. Les habitués du site reconnaitront peut-être le phénomène des gyres océaniques, là où différents courants marins  convergent en d'immenses tourbillons et finissent tôt ou tard par agréger tous les déchets en suspension dans les eaux. Mais tous ne finissent pas ainsi piégés et viennent d'échouer sur les plages de la planète.

L'année dernière, Method avait ainsi participé à une opération de ramassage des déchets dans la baie de San Francisco, récoltant au passage plusieurs quintaux de plastiques usagés. Pour les envoyer directement au recyclage ? Pas directement, non, puisque pendant le temps passé dans l'eau, les débris ont vu leur composition altérée par le rayonnement incessant des UV. Method s'est alors tournée vers Envision Pastics, qui a créé un processus de recyclage de ces débris, permettant de produire, en bout de chaîne, un plastique de bonne qualité et 100% recyclé, dont un quart provient des déchets marins. Maintenant que leur outil de production est en route, que leur processus est valable, Method se tourne vers les réseaux locaux d'organisations spécialisées dans le ramassage des déchets pour dénicher sa matière première.

Malgré cette jolie initiative, Method ne se voit pas comme un sauveur de la planète capable de nettoyer les mers à lui tout seul, mais plus comme une entreprise pédagogique se chargeant d'attirer l'attention sur le problème de la pollution plastique des océans. Et c'est déjà très bien.

Au fait, ça ne vous rappelle pas les aspirateurs d'Electrolux, fabriqués dans le même matériau ?