En proposant à ses clientes de remplir leurs flacons de parfum en magasins, Thierry Mugler fait un pas de plus vers le luxe écolo.

Sephora, Marionnaud, Nocibé… autant de grandes surfaces spécialisées dans les parfums qui pourraient bien voir leurs habitudes chamboulées. En effet, Clarins, propriétaire de la marque Thierry Mugler, envisage de commercialiser des flacons de parfum… vides. Il s'agit en fait de pousser plus loin sa stratégie de "ressourçage" déjà lancée il y a quelques années. Celle-ci concernait alors le parfum Angel et le principe était simple : la cliente, ayant épuisée son dernier flacon d'Angel, le rapportait en magasin pour le faire remplir à nouveau.

Côté portefeuille, notre cliente économisait le prix de son flacon de verre, jamais négligeable dans le milieu, puisqu'on parle là de quasi oeuvres d'art que les parfumeurs ont appris à monnayer au prix fort. Quant à la société Thierry Mugler, elle s'économise également des coûts de production des flacons et des emballages, sans compter les économies dans les émissions de CO2, aussi bien dans la phase de fabrication des bouteilles que dans celle du transport des produits : plus facile à transporter, le parfum en "sources" limite l'envoi de camions sur les routes pour réapprovisionner les points de vente.

Depuis 2010, les utilisatrices du parfum Alien, du même Mugler, peuvent aussi recharger leurs flacons en magasins. La société estime ainsi que la fabrication de 2 300 000 flacons et étuis a pu être évitée en 2010 et 2011. Un véritable succès, d'autant plus qu'Alien a, dans certains pays, dépassé les ventes d'Angel, parfum star historique de la marque. L'activité "parfums" du groupe Mugler ayant progressé à elle seule de 13% en 2012, il fallait passer à la vitesse supérieure.

C'est ce qu'a annoncé Clarins, qui prévoit, d'ici avril 2013, de doubler ses références disponibles en "sources" : aux eaux de parfum Angel et Alien, s'ajouteront bientôt l'eau de toilette Angel et l'eau de parfum Womanity. Concernant cette dernière, une étude a démontré que le passage au "tout-ressourçable" permettrait de réduire son impact environnemental de 62% sur les cinq premières années. Concernant les flacons de 10 mL, la réduction de cet impact atteint même 76%.

Plus que quatre mois à attendre avant de pouvoir tester tout cela…