Alors que sa proposition de loi contre la gavage des oies et des canards allait passer inaperçue, une députée EELV reçoit une visite de soutien inattendue et bienvenue : celle de Pamela Anderson.

Ce mardi 19 janvier 2016, Laurence Abeille, députée EELV du Val-de-Marne, défendra à l’Assemblée Nationale sa proposition de loi visant à interdire le gavage des oies et des canards pour la production de foie gras. Les fêtes étant passées, et même si le sujet est des plus importants pour qui a la fibre écologique, puisqu’il concerne le bien-être animal, il faut bien avouer que ce débat n’est pas destiné à susciter le plus vif intérêt des médias ni, en conséquence, celui des citoyens.

Seulement voilà, Laurence Abeille recevra, au Palais Bourbon, un support inattendu de la part de Pamela Anderson, qui devrait à n’en pas douter aider à la médiatisation de la problématique du gavage des volailles. De prime abord, cette alliance entre une députée EELV et l’une des icônes mondiales des années 90 peut sembler incongrue : il n’en est pourtant rien.

Pamela (oui, nous l’appelons par son prénom) s’est illustrée depuis que sa carrière d’actrice bat de l’aile, par son engagement dans la protection animale. En 2010, elle avait ainsi pris la pose pour la PETA, une version américaine plus dure de notre SPA nationale, pour protester contre l’exploitation animale et promouvoir le régime végétarien. Deux ans plus tard, c’est aux côtés du Sea Shepherd qu’elle était apparue, soutenant ouvertement la cause de l’ONG de Paul Watson pour le lancement de leur campagne annuelle de harcèlement des baleiniers. Et cette fois, c’est la Fondation Brigitte Bardot qui a mis en relation l’ancienne interprète de C.J.Parker et Laurence Abeille pour combattre le gavage des volailles.

Cette alliance étonnante obtiendra-t-elle des résultats concrets ? Il faudra attendre quelques jours avant d’être fixés, mais en attendant, il suffit de se rendre sur les réseaux sociaux les plus populaires pour se rendre compte que la venue annoncée de Pamela Anderson est déjà très commentée… et que les remarques sexistes et les préjugés ont encore de beaux jours devant eux, malheureusement. 

 

Photo : SarahStierch/Flickr/CC