Thom Yorke, leader de Radiohead, offre à Greenpeace une collaboration prestigieuse pour attirer les regards sur l’Antarctique, dont une partie de l’avenir se joue ces jours-ci.

Vous n’en entendez quasiment pas parler, et pourtant, en ce moment, se joue l’avenir de l’Antarctique. A Hobart en Tasmanie, une île au Sud de l’Australie, les Etats-Unis, l’Union Européenne, et 23 autres pays participent à une convention de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore en Antarctique (CCAMLR). L’enjeu ? Oh, pas grand chose, il s’agit juste de décider si la mer de Weddell (près de 3 millions de km2 vers le pôle Sud) sera bientôt ouverte à la pêche industrielle et à l’exploitation des sous-sols marins, ou si elle deviendra un refuge pour de nombreux animaux marins (10 000 espèces estimées, dont 6 de phoques, 12 de baleines, et beaucoup d’oiseaux), qui se trouvent d’ailleurs être de moins en moins nombreux.

Si la question se pose, c’est parce que la mer de Weddell, qui se couvre de glace l’hiver venu, sera justement, demain, de moins en moins prise par la banquise à mesure que le climat de notre planète se réchauffe. Son accès sera alors facilité pour les navires-usines et les plateformes pétrolières ou gazières en tous genres. Sur une initiative allemande, l’Union Européenne propose de protéger immédiatement 700 000 km2 de la mer de Weddell, en d’en faire la plus grande zone maritime protégée de la planète. Une idée qui a séduit le Royaume-Uni et à laquelle les Etats-Unis ne seraient pas opposés. Les discussions entre Etats se poursuivront la semaine prochaine avant une annonce commune, le 3 novembre, sur l’avenir de cet îlot de nature encore vierge.

Evidemment, un tel sujet ne pouvait pas laisser Greenpeace insensible : anticipant cette rencontre décisive pour l’avenir de l’Antarctique, l’ONG a lancé depuis plusieurs mois une vaste campagne : une expédition (à laquelle l’acteur Javier Bardem a participé) a été envoyée 3 mois sur place pour étudier ce coin de mer et ses habitants, et une pétition exigeant la protection de la mer de Weddell a recueilli deux millions de signatures. Pour clôturer ces mois de mobilisation, Greenpeace a publié en ligne un clip dédié à l’Antarctique, mis en musique par Thom Yorke, leader du groupe Radiohead. Rien que ça.

En attendant fébrilement la sentence de la CCAMLR du 3 novembre prochain, regardons ces 4 minutes de beauté immaculée, encore et encore.

Photo : RonaldWoan/Flickr/CC