L’ONG fondée par Paul Watson reproche au guide de voyage de faire la propagande des adeptes du massacre de mammifères marins.

Et soudain, c’est le drame. Dans son guide « Danemark Iles Feroé » édition 2017-2018, le célèbre guide touristique Petit Futé s’est attiré les foudres d’une ONG que nous connaissons bien : Sea Shepherd. Dans ses publications, Petit Futé donne des conseils en tous genres aux voyageurs en herbe. Parmi ces conseils, certains portent sur les coutumes locales, et évitent au touriste français de provoquer un incident diplomatique par une action qui lui semblerait la plus appropriée possible, quand, dans un autre pays, elle peut être perçue comme une offense gravissime.

Exemple tiré de l’édition du guide dont nous parlions plus haut : « Ne jamais donner de l’argent aux Iles Feroé si quelqu’un vous rend un service (…), les Féringiens sont très généreux et solidaires (…) et seront vexés ». Sur la même page du guide, c’est l’autre conseil « Ne pas faire » qui a provoqué l’ire de l’ONG de protection des océans : « Eviter de dire que l’on soutient l’association Sea Shepherd dans sa croisade contre la chasse aux globicéphales ».

Pour rappel, le Petit Futé fait ici référence au grindadráp, ou « grind », une tradition qui consiste à chasser et à massacrer, en toute légalité, des centaines de globicéphales pour nourrir les habitant des îles. Edition après édition, les images insupportables de cette « fête » sont toujours les mêmes : des centaines d'animaux marins quasiment décapités, et une mer qui vire au rouge sang.

Sea Shepherd, dans un post Facebook, reproche au Petit Futé de « reprendre la propagande pro-grind des tueurs de dauphins féringiens et défendre le plus grand massacre (volontaire) de mammifères marins en Europe, tout en décriant ouvertement Sea Shepherd pour ses missions d'opposition aux massacres ». Du côté du guide touristique, interrogé par le Huffingtsonpost, il s’agit d’une information « délivrée de façon neutre, sans se positionner ni du côté des militants écologistes, ni sur les gouvernements des pays ». Jean-Paul Labourdette, président du Petit Futé, reconnaît tout de même « comprendre que cela ne plaise pas », tout en regrettant que la polémique intervienne un an après la publication du livre.

Allez, si on se serrait la main et qu'on luttait ensemble contre une tradition barbare ? Non ?

Photos : Genetikmonoeil/Flickr/CC ; Page FB de Sea Shepherd