Equipé d'un chargeur solaire et destiné aux marchés émergents, l'ordinateur portable Sol cible d'abord l'Afrique.

Le développement durable, c'est une notion qui concerne toutes les industries. Le secteur des nouvelles technologies n'en est donc pas exempt. Malgré la construction de plus en plus de serveurs gourmands en énergie sur la planète (une pratique qui n'a pas fini de se développer si le "cloud" informatique poursuit sa croissance), certains acteurs du secteur cherchent à se développer en empruntant des chemins alternatifs. C'est le cas de WeWi Telecommunications Inc., une entreprise canadienne qui, selon ses propres termes, se charge de fournir les marchés en solutions innovantes. Avec Sol, l'ordinateur portable qui fonctionne à l'énergie solaire, WeWi respecte ses engagements.

Sol, c'est la promesse d'un ordinateur portable vendu pour 350 dollars et qui serait en priorité distribué en Afrique, sans conteste le continent le plus en retard au niveau des technologies avec seulement 16% des personnes connectées à internet. Une révolution également pour un continent où les réseaux électriques ne sont encore pas parfaits, et où l'accès à l'énergie pose parfois problème. Fabriqué en collaboration avec Intel, Sol intègre un chargeur solaire de 45 Watts qui, après deux heures d'exposition, offre dix heures d'autonomie, notamment grâce à un écran HD très peu gourmand en énergie.

Comment expliquer alors le bas prix affiché par Sol ? En choisissant d'y installer Ubuntu, un système d'exploitation libre de droits, les concepteurs ne sont pas forcés d'ajouter au prix de la machine la licence à payer à Microsoft ou à Apple.

C'est le Ghana qui sera le premier pays à bénéficier de l'ordinateur Sol, suivi du Kenya et du Nigéria. Pour l'instant, seuls les acheteurs institutionnels (gouvernements, ONG…) peuvent se procurer le portable solaire. Pour les particuliers, il faudra attendre la fin de l'année, voire le début de la suivante, pour avoir accès aux commandes.

+ d'infos : www.solaptop.com