Et si ce scooter représentait le futur des transports urbains alternatifs ?

Dans la famille des moyens de transports individuels et écologiques, il y avait les vélos pliables, les trottinettes pliables, il y aura désormais le scooter électrique pliable. Qui dit "pliable" dit "transportable à mains nues" : ne vous attendez donc pas aux dimensions classiques d'un scooter. Dans le cas du Stigo, il s'agit d'un appareil dont la hauteur du guidon peut être comparable à celle d'une trottinette.

Le cadre (pour l'instant en aluminium, les concepteurs envisagent de le convertir en fibre de carbone pour réduire le poids de l'ensemble qui est pour l'instant de 17 kilos) relie les deux roues dont le diamètre excède à peine les 30 centimètres. Une fois plié, l'encombrement du scooter est équivalent à celui d'un sac de golfeur. La motorisation électrique de l'engin est dissimulée dans son cadre : une batterie au lithium permet de propulser le Stigo à une vitesse maximale de 25 km/h, et offre une quarantaine de kilomètres d'autonomie. Pour la recharge, ses promoteurs ont choisi d'aller au plus simple et de proposer une simple prise secteur.

Si le Stigo n'est pas encore en vente en France, c'est pourtant la ville de Paris qui a eu les honneurs de sa présentation officielle : lors de l'événement "1000 pionniers qui changent le monde" organisé il y a quelques jours, Rainer Nolvak est venu tout droit d'Estonie pour présenter sa création sur les nouvelles berges de Seine, offrant même à son scooter électrique pliable une séance photo sur le champ de Mars, avec la tour Eiffel en guise de toile de fond. Le cadre idéal pour annoncer le montant de la facture à venir : le Stigo coûtera environ 2300 euros et pourrait être commercialisé d'ici la fin de l'année 2014, pour tenter de séduire les millions de citadins à qui une invention de ce genre pourrait rendre de grands services au quotidien.

Pour vous tenir au courant de l'avancée du projet, rendez-vous sur stigobike.com.