Tesla vient de présenter le poids lourd électrique que l'entreprise mettra sur le marché avant fin 2019. Une révolution en marche dans un secteur en difficulté ?

Malgré une perte record au cours du troisième trimestre de l'année (619 millions de dollars tout de même), Tesla poursuit dans la voie qu'Elon Musk, son fondateur, trace depuis 2003 : développer une gamme complète de véhicules électriques. Après la Model 3, la Model S, ou le Roadster (dont une version remise au goût du jour a été présentée la semaine dernière), l'homme d'affaire Sud-Africain s'attaque désormais au secteur du transport routier en dévoilant sa vision du poids-lourd du futur, le Tesla Semi. Et il y a urgence à s'attaquer frontalement au problème des émissions de gaz à effet de serre imputable aux poids lourds, responsables pour plus d'un quart des émissions dues au transport routier (contre plus de 50% pour les véhicules particuliers).

Scania et Siemens testent depuis quelques mois des portions d'autoroutes électrifiées permettant à des poids-lourds hybrides de prendre la route, mais Tesla a décidé, conforme à la politique menée depuis les débuts de l'entreprise, de passer directement à l'étape du "tout électrique". Son Semi est équipé de 4 moteurs électriques qui permettent à l'attelage de 40 tonnes d'atteindre les 100 km/h en 20 secondes. A vide, 5 secondes suffisent pour franchir ce cap. L'autonomie est, elle, annoncée à 800 km. Quant au temps de charge, Tesla développe une nouvelle génération de chargeurs qui devraient permettre au poids lourd branché, en une petite demie heure, de récupérer 650 km d'autonomie.

Non content de proposer une motorisation révolutionnaire, Tesla innove également dans le design de son Semi : les lignes se font plus sportives, et la cabine a été conçue pour le conducteur puisse s'y déplacer debout, sans avoir à se contorsionner pour entrer ou en sortir. Le prix n'a pas encore été dévoilé, mais l'addition s'annonce très salée.

Alors comment convaincre les professionnels du secteur ? Tesla promet un coût d'exploitation au kilomètre inférieur de 20% aux véhicules thermiques. Une facture que les transporteurs pourraient encore voir baisser grâce au système de pilotage intelligent développé par la marque : un conducteur au volant de son Semi pourrait ainsi prendre la tête d'un convoi de plusieurs camions en pilotage automatique et amener toute la marchandise à destination. Dans ce dernier cas, le coût d'exploitation deviendrait carrément inférieur à celui du rail.

Pour voir si le concept rencontrera son public, rendez-vous avant la fin 2019, date annoncée de livraison des premiers modèles.

Photo : www.tesla.com