Demain, l’avion semble devoir se passer de kérosène. Une entreprise américaine imagine une transition en douceur avec un appareil hybride.

Souvenez-vous, avant l’été : une société israélienne présentait au salon aéronautique du Bourget un prototype d’avion électrique. D’ici 2021, elle affirmait pouvoir transporter 9 passagers sur des distances légèrement inférieures à 1000 km. Depuis, l’idée d’utiliser un moteur électrique pour propulser un avion semble se diffuser, puisqu’une entreprise américaine envisage, elle, de proposer un avion hybride pour 2022.

Zunum Aero, basée à Seattle, entend ainsi proposer une alternative plus que crédible aux carburants fossiles sur les lignes courtes et les vols intérieurs : deux batteries électriques prendront le relais du traditionnel moteur à kérosène lorsque les phases demandant le plus de puissance (le décollage par exemple) auront été exécutées. La technologie embarquée n’a rien d’un doux rêve puisqu’il s’agit des mêmes batteries qu’utilise déjà Tesla pour ses voitures électriques unanimement saluées.

Dès lors, les performances annoncées du futur appareil peuvent être prises au sérieux : il sera capable de transporter ses 12 passagers à 550 km/h à une altitude maximum de 2200 pieds (environ 700 mètres), et sur une distance maximale de 1100 km. Son gabarit réduit lui autorise l’accès aux aéroports de taille modeste et permet ainsi à ses passagers d’éviter toute la logistique et les démarches inhérentes aux aéroports internationaux, leur permettant de réduire de moitié le temps de trajet entre par exemple Boston et Washington, de porte à porte. Comptez 2h30 tout compris, contre près de 5h via les grandes lignes aujourd’hui.

Les premiers tests de l’engin sont prévus pour 2019, sous le regard attentif de Boeing. L’avionneur américain, éternel concurrent de l’Européen Airbus, a en effet choisi de soutenir financièrement le projet de Zunum Aero. Preuve, s’il en fallait encore une, de l’apparent sérieux de l’entreprise.

En parlant de sérieux, impossible de ne pas évoquer l’annonce faite par EasyJet il y a quelques jours : la compagnie low cost annonçait alors que, dans les dix ans à venir, elle allait mettre en service un avion 100% électrique capable de transporter jusqu’à 200 passagers sur plus de 500 kilomètres, grâce à un système de propulsion directement intégré aux ailes de l’appareil. Si nous ne pouvons que souhaiter la réussite d’un appareil de ce genre, il faut aussi se pencher sur les critiques émises par les spécialistes du secteur qui semblent, et c’est un euphémisme, légèrement circonspects.

La guerre de l’électrique se déplacera-t-elle sur le terrain de l’aéronautique ? Réponse d’ici dix ans, minimum.

Photo : www.zunum.aero