Pour anticiper les pics de pollution et éviter de mettre sa santé en danger, une nouvelle application vient à votre secours.

Les photos de l’Airpocalypse, un épais brouillard causé par la pollution dans les mégalopoles chinoises, qui apparaissent régulièrement sur le web, ont tendance à nous faire froid dans le dos. Sous nos latitudes, nous n’en sommes encore pas arrivés à cet extrême mais, pourtant, les pics de pollution se multiplient ces derniers mois (au point d’avoir recours à la circulation alternée en Ile-de-France ou à la gratuité des transports en commun) et à Paris, un voile de pollution enveloppe la ville un peu trop régulièrement... Il y a d’ailleurs fort à parier que cet été encore, nous n’y échapperons pas. Comment alors anticiper ces épisodes fâcheux ? L’entreprise parisienne Plume Labs apporte sa solution en proposant depuis ce mercredi une application pour smartphone : Plume Air Report.

Comme son nom l’indique, l’appli informe l’utilisateur de la qualité de l’air qu’il respire, à la condition qu’il habite l’une des 11 agglomérations françaises qui sont aujourd’hui recensées par Plume (sur les 64 villes à travers le monde) : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Montpellier, Nantes, Toulouse, Nice, Bordeaux, Strasbourg et Chamonix. Heure par heure, vous serez tenus informés du niveau de pollution atmosphérique auquel vous êtes confronté, et l’appli se charge de le classer en différents seuils allant d’ « air pur » à « pollution extrême », en passant par « pollution modérée » ou « pollution forte ». Pour chaque niveau de qualité de l’air, Plume Air Report distille également quelques conseils : pouvez-vous courir sans danger ? Faire du vélo ? Sortir bébé ou prendre un verre en terrasse ? Et si la pollution se fait trop présente, l’application se charge de vous en alerter.

Pour consulter toutes ces informations, il vous suffit de télécharger immédiatement et gratuitement Plume Air Report sur l’AppStore. Les utilisateurs d’Android devront eux attendre encore un peu pour que leur appli soit disponible dans le PlayStore de Google.

Photo : D€NNI$/Flickr/CC