Une ONG allemande nous propose une jolie campagne d'affichage pour dénoncer l'extinction d'espèces animales par la faute d'activités humaines.

RobinWood, une ONG allemande de protection de l'environnement, vient de diffuser une campagne d'affichage spectaculaire, avec pour slogan "Détruire la nature, c'est détruire la vie".

Au menu, trois superbes affiches mettant en scène des animaux dont les silhouettes ont été habilement mixées avec leur habitat naturel : un singe capuncin et sa forêt primaire, un ours polaire et sa banquise, et enfin un daim dans une forêt moins exotique. 

Ce dernier nous alerte sur les dangers de la déforestation qui, selon les estimations, ferait disparaître chaque année 80 000 km2 de forêts partout sur le globe. L'exploitation forestière encadrée ou non par la loi, la recherche de métaux précieux et d'hydrocarbures, ou la conversion en terres agricoles sont autant de raisons qui expliquent ce phénomène et donc, la réduction inquiétante de l'habitat naturel des cervidés européens ou américains

L'affiche de l'ours polaire, elle, dénonce clairement l'exploitation pétrolière aux cercles polaires. Avec le réchauffement climatique et la fonte des glaces, de nouvelles perspectives s'ouvrent pour les grands groupes pétroliers, qui cherchent à forer les terres anciennement gelées ou les fonds océaniques auparavant protégés par la banquise. Encore une fois, la disparition de l'habitat naturel, sans oublier évidemment les risques de pollution inhérents à ce genre d'activité (n'oublions pas le naufrage de la plateforme pétrolière Deepwater Horyzon), menacent directement la survie des ours polaires qui n'avaient déjà pas franchement besoin de ça...

Dernier visuel enfin, celui d'un singe capucin, mixé avec une forêt primaire en feu. La cible  ? La culture sur brûlis, pratiquée souvent illégalement dans les pays tropicaux. Une technique qui consiste à incendier des parcelles de forêt pour fertiliser rapidement les sols. Evidemment, seuls les enjeux économiques guident ce genre de procédés. Jamais il n'est question de l'atteinte faite à la forêt primaire, incroyable refuge de biodiversité tant animale que végétale. Et les singes sont, bien sûr, des victimes parfois directes de ces incendies illégaux.

Si les pratiques dénoncées par RobinWood ne sont pas nouvelles, la campagne a au moins le mérite de nous rappeler qu'en permanence, des animaux meurent et des espèces s'éteignent, à cause des activités humaines. Est-ce que cela changera un jour ? Rien n'est moins sûr...

Photo : Robinwood.de