Un restaurant aux Etats-Unis se lance dans l'upcycling insolite en transformant ses graisses de cuisson en savon. 

Avec les fast-food et autres sandwicheries qui se multiplient, il paraît difficile, lorsqu'on a quelques pièces en poche, de ne pas trouver son bonheur quand vient l'heure du déjeuner. Mais tous ces points de vente produisent leur quantité de déchets. Outre les emballages classiques ou les invendus qui finissent à la poubelle, il est un déchet propre aux commerces rattachés à l'industrie agroalimentaire : les graisses de cuisson.

Que faire en effet de ces litres d'huile abîmée par les cycles de friture, ou par tout ce gras rejeté par la cuisson des viandes, des steaks, du bacon ? En France, il existe une filière de traitement spéciale : des entreprises se chargent de récupérer toutes ces matières grasses usagées qui, après retraitement, sont envoyées vers des unités de production de biocarburants. La loi encadre strictement toutes ces pratiques, pour éviter que les huiles ne se retrouvent rejetées dans les canalisations classiques.

Aux Etats-Unis, pays de la libre entreprise, certains prennent quelques libertés avec la réglementation. Ainsi, dans le ville de Flint dans le Michigan (d'où Michael Moore est originaire : à ce sujet, voir le film "Roger et Moi" du réalisateur), "The Flint Crepe Co." a choisi sa propre voie pour recycler ses graisses issues de la cuisson du bacon : elles sont transformées en savon. Logique finalement, étant donné que tous les savons ont pour base des corps gras, qu'ils soient d'origine animale ou végétale. Les propriétaires de l'endroit ont contacté Joy Derby, dont le frère est le principal fournisseur en légumes du restaurant, pour fabriquer les savons à partir des graisses confiées. Joy se charge alors d'aromatiser sa production au gingembre et aux agrumes, assurant à l'utilisateur final de ne pas avoir les mains qui sentent le bacon après son passage au lavabo.

» Lire aussi : Bilum et Lesieur pour l'upcycling des affiches

Les savons issus de cet étonnant procédé d'upcycling sont vendus sur place au prix de 4,50$ l'unité. A quand la version "frites de McDo" ?