Pour promouvoir sa future campagne de protection des éléphants, le PNUE s'adjoint les services (et la notoriété) de Yaya Touré, l'un des tous meilleurs footballeurs africains.

Yaya Touré. Voici un nom qui devrait donner des étoiles dans les yeux à tous les amateurs de football. Si vous ne connaissez pas Yaya Touré, sachez qu'il est Ivoirien, joueur de football à Manchester City, qu'il est l'un des meilleurs (si ce n'est le meilleur) du monde à son poste au milieu de terrain, et qu'il gagne en une semaine ce que le commun des mortels met plusieurs années à gagner, faisant de lui le joueur le mieux payé d'Angleterre. Mais depuis quelques jours, Yaya Touré a également été nommé ambassadeur de bonne volonté auprès du programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Sa première mission sera d'accompagner l'organisme pour une campagne contre le massacre des éléphants. Les pachydermes sont non seulement menacés par l'urbanisation galopante du continent noir, mais aussi et surtout par le braconnage. La demande asiatique croissante d'ivoire, auquel certains prêtent des vertus médicinales ou aphrodisiaques, a accéléré la disparition du plus grand des mammifères terrestres. Depuis 1998, le PNUE estime que le commerce illégal de l'ivoire a triplé, quand bien même les lois des pays qui tentent de protéger leurs éléphants se font de plus en plus sévères. Alors que le nombre d'éléphants en Afrique est estimé à 472 000, plus de 17 000 d'entre eux ont malgré tout été abattus au cours de la seule année 2011.

Yaya Touré, l'un des piliers de la sélection ivoirienne de football (dont les joueurs sont appelés "les éléphants"), prophétise ainsi, depuis le siège du PNUE à Nairobi : "Le braconnage menace l'existence même des éléphants africains, et si nous n'agissons pas nous irons vers un avenir où cette espèce emblématique aura disparu". Les solutions pour éviter d'arriver à cet extrême ? Augmenter la surface des parcs naturels et des zones protégées, mais surtout améliorer leur surveillance par une augmentation des personnels de garde.

Si la présence de notre joueur de football ivoirien à la tête d'une telle lutte peut aider à la prise de conscience, pourquoi le PNUE s'en priverait-il ?