La catastrophe de Fukushima, c'était il y a un an et demi déjà, et pourtant, les Japonais risquent d'en souffrir pour bien longtemps encore. Le 1er août dernier, des poissons ont été pêchés à une vingtaine de kilomètres au large de la centrale accidentée, et des analyses scientifiques ont révélé un niveau de radioactivité 258 fois plus élevé que la limite fixée par le gouvernement dans les produits alimentaires.

Pour TEPCO, l'opérateur de l'ex-centrale nucléaire qui demande davantage de prélèvements de ce genre, ce niveau de radioactivité serait dû au fait que les poissons se sont nourris près de la centrale avant de repartir au large. Une ligne de plus à ajouter au chapitre "conséquences de Fukushima".