La ville de Franca a décidé de récupérer le méthane qui s'en échappe pour faire rouler ses voitures.

Le méthane, on le sait, peut être un substitut aux énergies fossiles que nous connaissons. Ce gaz issu de la décomposition de matières organiques a notamment permis de propulser des voitures, d'éclairer des parcs urbains, ou encore de valoriser des fruits pourris condamnés à la poubelle.

Au Brésil, le site greenetvert.fr nous apprend que le méthane est à nouveau au coeur d'un projet d'envergure. On ne parle pas là de quelques vieilles poubelles, mais bel et bien de récupérer les gaz qui s'échappent d'une station de traitement des égouts. Et niveau "matières organiques en décomposition", difficile de trouver mieux que les eaux d'égouts. Il s'agit en l'occurrence de la station de la ville de Franca, 330 000 habitants, dont l'équivalent en France serait la ville de Nice.

Grâce à un financement du gouvernement allemand, la station sera équipée d'un digesteur (une cuve où se fait le mélange entre les matières à dégrader et les bactéries qui vont s'en charger) qui captera chaque jour 2700 mètres cube de méthane, pour le transformer en 1800 mètres cube de biogaz. Ce produit, l'équivalent de 1800 litres d'essence, servira entre autres à alimenter les 49 véhicules de la Compagnie brésilienne des Eaux de l'Etat de Sao Paulo, et l'expérience évitera le rejet de 1,5 tonnes de CO2 dans l'atmosphère chaque année.