Il s’appelle Blue Earth, c’est une des innovations que Samsung compte présenter cette semaine au Mobile World Congress de Barcelone… Et c’est un téléphone solaire qui pourrait débarquer sur le marché anglais fin 2009.

Les projets de portables écolos ne manquent pas ces derniers temps (voir le 3110 Evolve de Nokia et le W233 de Motorolla). Poussés par un marché mondial qui continue a croitre, les fabricants semblent décidés à investir dans ce domaine. Et c'est plutôt une bonne nouvelle quand on sait que le portabe est devenu en quelques années l'un des biens de consommation les plus répandus dans le monde avec plus de 3 milliards de terminaux en circulation fin 2007!

Mais parmi tous ces projets, il faut avouer que ce Blue Earth imaginé par Samsung paraît particulièrement complet. Bien sûr, ce n'est encore qu'un prototype mais l’annonce est séduisante. Jugez vous même :

Le Blue Earth a été conçu exclusivement a partir de plastique recyclé tiré de bouteilles en plastique et les substances toxiques que sont les retardateurs de flamme bromés, le Beryllium et le Phtalate ont été totalement éliminés de sa composition. Son emballage a été réduit et se compose uniquement de papier recyclé.

Mais la véritable innovation de Blue Earth se situe a l'arrière du téléphone. C’est là que Samsung a logé les panneaux solaires qui servent à recharger le téléphone: 1 heure d’exposition à la lumière suffit pour téléphoner pendant ½ heure. Pour les plus gourmands, Samsung fournit tout de même un chargeur traditionnel mais qui répond aux toutes dernières exigences en matière d’économie d’énergie (0,03W en mode veille, 5 étoiles Energy Star).

Le fabricant coréen s’est même fendu d’une petite application sensée « attirer l’attention des utilisateurs sur la préservation de l’environnement ». Il s’agit de l’Eco mode : ce mode activable à la simple pression d’un bouton, réduit le niveau d’énergie consommé par le rétro-éclairage, la veille et le bluetooth. Mais ce n’est pas tout ! L'Eco-mode intègre un podomètre capable de compter les Km parcourus à pied par l’utilisateur et d’en déduire le nombre d’arbres qu'il a sauvé! (ne me demandez pas comment… c’est la magie de l’électronique ;-) )

Bon certes, ce dernier gadget a de quoi faire sourire, mais nous restons tout de même sensible à la cohérence globale du projet…