Aujourd'hui, lundi 22 mars, c'est la Journée mondiale de l'eau.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) consacre en effet cette journée à la ressource la plus importante de notre planète (qui n'est pas le pétrole) : l'eau. A la qualité de l'eau, plus précisément.

Quand on sait qu'aujourd'hui, les pays en développement sont aussi d'immenses pollueurs des fleuves et des rivières, une telle journée de sensibilisation à l'échelle de la planète semble bien utile. Prenons l'exemple d'un pays en plein boom : la Chine. Là-bas, un tiers des eaux usées industrielles du pays sont rejetées directement dans les fleuves, de même que 90% des eaux ménagères. Le Yangtsé, plus long fleuve du pays, serait menacé par 28 milliards de tonnes d'eau polluée (!!!). Aux autorités d'enrayer ce phénomène, dans un pays à la croissance prospère où les ressources financières abondent.

Les conséquences d'une telle pollution des eaux fluviales sont terribles : les gens qui s'abreuvent dans les cours d'eau souffrent de diverses maladies, la biodiversité est détruite. Doucement mais sûrement. Et puis, si vos souvenirs remontent jusqu'à vos leçons de géographie de collège, vous vous rappelez que l'eau des fleuves finit irrémédiablement sa course dans les océans qui se retrouvent pollués à leur tour, eux qui n'ont pas besoin de ça.

Ainsi, pour les nations Unies, les objectifs de cette journée sont clairs :

  • Faire prendre conscience de la nécessité d’entretenir des écosystèmes sains et d’assurer le bien-être de l’humanité
  • Accroître la visibilité du thème de la qualité de l’eau en encourageant les gouvernements, les organisations, les communautés et les individus dans le monde entier à s’engager sur ce thème, en participant à des activités telles que la prévention de la pollution, le nettoyage des cours d’eau et des lacs, et leur restauration.
+ d'infos : le site officiel de la Journée de l'eau.