A 11 jours de la conférence sur le climat qui se tiendra à Copenhague entre le 7 et le 18 Décembre, Greenpeace publie un classement évaluant l'ambition des dirigeants mondiaux pour le sommet.

Sans surprise, les résultats ne sont pas bons et les commentaires de Greenpeace traduisent une grande inquiétude de l'ONG. Le classement est marqué par le débat nord-sud sur le montant des aides que les pays industrialisés devront verser aux pays du sud. La plupart des dirigeants du nord n'ont pas encore pris position publiquement à ce sujet et leurs notes en pâtissent.

barackBarack Obama crée tristement la surprise en frôlant le 0 sur 10! Le président américain dont la communauté internationale attendait tant est classé "hors concours" tant ses propositions et ses silences vont ne sont pas à la hauteur des enjeux de la conférence !

De manière générale, les dirigeants européens sont également mal classés. Peu atteignent la moyenne et Nicolas Sarkozy ferme la marche avec José Luis Rodríguez Zapatero. En dépit d'une politique intérieure ambitieuse au travers du Grenelle, le président Français traîne des pieds sur le montant de l'aide aux pays du sud... Seul Gordon Brown tire vaguement son épingle du jeu grâce à son estimation de ce montant à 35 milliards d'euros.

Hu_Jintao_2004Les "moins mauvais" élèves sont originaires des pays du sud. Le président Chinois Hu Jintao est plutôt épargné par Greenpeace qui apprécie ses efforts récents pour le développement des énergies renouvelables (elle n'oublie pas pour autant les dégâts causés par la gigantesque industrie du charbon en Chine). De même, le Brésilien Luis Inacio Lula da Silva s'en tire plutôt bien grâce a son engagement de réduire la déforestation de 80% dans son pays d'ici 2020. Mais aussi bonnes soient-elles, les promesses des pays du sud dépendent toutes des aides qui leurs seront accordées par les pays industrialisé... l'équation reste donc complexe et le pari loin d'être gagné!