Les Yes Men ne ratent rarement les grands rendez vous mondiaux. Au passage, ils ne ratent pas non plus ceux qui les organisent. Hier, au Bella Center, ce fut le tour du Canada de faire les frais de l’imagination et de l’insolence de ce collectif insolite !


Le ministre de l’environnement du Canada risque de se souvenir longtemps de cette semaine danoise. Après avoir reçu dès le premier jour des négociations une récompense comme « le pays qui met le plus de freins au bon déroulement des négociations climatiques », il s’est hier fait piégé par les Yes Men !

Quel canular ?

Le Canada, qui a bien du mal à proposer des actions concrètes et ambitieuses sur le thème des réductions de ses émissions carbones, a soudainement pris une autre dimension …

Un communiqué de presse du (faux) site enviro-Canada.ca annonce les éléments suivants : « une réduction des émissions de carbone de 40% d'ici 2020 et de 80% d'ici 2050, conformément aux recommandations des scientifiques et aux attentes des pays africains » ! Une révolution se disent certains, une farce pour d’autres …

Les yes men

Collectif à l’origine des plus gros canulars politico médiatiques de ces dernières années, ils ont pour ambition de démontrer par l’absurde à quel point les discours politiques et les techniques de communications peuvent subitement se retourner contre leurs créateurs.

Pour ce canular, ils ont appliqué les techniques qui ont fait leur succès : création d’une fausse version en ligne d’un grand journal, rédaction d’un communiqué de presse sur un faux site ministériel