Mais qu’est-ce que c’est donc Tuvalu ? Un animal en voie de disparition ? Un arbre malmené ? Non. Tuvalu, c’est le premier pays qui sera rayé de la carte si on n’enraye pas la montée du niveau de la mer. Autant dire que ses représentants ne sont pas à Copenhague pour enfiler des perles.

Crédit photo: Florent Baarsch

A tel point qu’ils ont provoqué Mercredi 9 Décembre l’interruption des négociations au sommet de Copenhague. Leur motif : les objectifs que se fixe la communauté internationale ne sont pas à la hauteur du péril climatique. Suivi par l’union des pays insulaires, ils réclament entre autre une limitation du réchauffement planétaire à 1,5°C d'ici la fin du siècle au lieu des 2°C communément admis.

Si la présidente du sommet a finalement convaincu les Tuvaléens de revenir à la table des négociations en fin d’après midi, cette démonstration de leur détermination a jeté un froid sur la capitale Danoise et rappelle la tension extrême qui entoure les discussions