Une crue centennale comme celle de 1910 à Paris est-elle encore envisageable aujourd'hui ?

Crédit photo : Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. © BHVP - Roger-Viollet.

Paris, janvier 1910. Le niveau de la Seine atteint 8,62 mètres. Le zouave du Pont de l'Alma en a de l'eau jusqu'aux épaules et peine à respirer. Il existe des centaines de photos, des milliers de cartes postales datant de cette période. Alors c'est vrai que les images sont plutôt belles. Mais les conséquences pour les riverains le sont un peu moins. Plus de 50 000 immeubles ou pavillons se retrouvent inondés à Paris et dans sa banlieue.

A l'époque, pas d'Al Gore à l'horizon pour accuser le réchauffement climatique. Pas de Claude Allègre non plus pour la polémique. Non. Juste une crue dite "centennale". Qui reviendrait environ une fois par siècle, "Et l'on y peut rien", comme le chantait Jean-Jacques Goldman. Parmi les causes identifiées à l'époque, une pluviométrie importante et la fonte des neiges, qui ont fait déborder plusieurs affluents de la Seine, dont l'Yonne.

Marcel aime les chiffres. Il est même très à l'aise avec eux. Et si la dernière crue centennale a eu lieu en 1910, la prochaine ne devrait pas tarder… Côté sécurité, les choses ont cependant changé. Des bassins de rétention d'eaux ont été aménagés, les berges de la Seine modernisées, des infrastructures surélevées, pour minimiser les conséquences d'une éventuelle nouvelle crue d'ampleur.

Mais les choses ont également changé au niveau des températures globales. Avec une hausse de presqu'un degré par rapport au début du XXème siècle, la fonte des neiges se trouve aujourd'hui accélérée. Conjuguée à de fortes pluies, on pourrait aboutir à une nouvelle grande crue. Ce qui pousse d'ailleurs la Mairie de Paris à publier sur son site web un "Si la Seine était en crue" du plus bel effet.

Cependant, que ce soit à Paris ou ailleurs, si un tel évènement devait se produire, il n'y aurait pas grand chose à faire pour l'endiguer. Par contre, il y a beaucoup de choses à faire pour ralentir le réchauffement climatique. Pourquoi ne pas s'y atteler sérieusement ?

+ d'infos: le lien de la Mairie de Paris